Les « Sept Magnifiques » maisons coloniales

Les « Sept Magnifiques » sont des maisons coloniales situées le long d’un côté de Queen’s Park Savannah au nord de port d’Espagne, la capitale de Trinité-et-Tobago. Construits entre 1902 et 1910, les bâtiments sont répertoriés comme sites patrimoniaux au National Trust de Trinité-et-Tobago. Stollmeyer’s Castle (château de Stollmeyer) a été le premier bâtiment construit dans le quartier, et a pris plusieurs années de construction, comme c’était typique avec les « sept magnifiques » maisons.

La plupart de ces demeures coloniales de Trinité-et-Tobago ont été construites en tant que résidences et gardées dans les familles pendant des décennies. Archbishop’s House a été construite et demeure la résidence officielle de l’archevêque de Port d’Espagne. L’évêque anglican à Trinité résidait à Hayes Court. Queen’s Royal College a été construit comme école secondaire pour les garçons.

1. Queen’s Royal College

batiment colonial trinite et tobago

Queen’s Royal College (collège royal de la Reine), un bâtiment de la Fiducie nationale de Trinité-et-Tobago, a été construit au coin de l’avenue St Clair et de la route Maraval à partir du 11 novembre 1902, lorsque la pierre angulaire a été placée par le gouverneur par intérim du jour, Sir Courtney Knollys. Il a été conçu comme un bâtiment de style Renaissance de l’Allemagne. L’école, conçue avec un intérieur tropical, a été construite avec six salles de classe et une salle de conférences pour 500 personnes. Moins de 200 étudiants ont fréquenté l’école chaque année. Depuis 2016, le bâtiment est en cours de restauration. Il est classé comme site patrimonial et protégé par la Loi sur la fiducie nationale.

2. Hayes Court

maison coloniale trinité

Hayes Court (cour/tribunal Hayes), au 21 Maraval Road, a été construit comme résidence pour l’évêque anglican à Trinité. Un don anonyme a été créé en 1908 par deux hommes pour payer la construction du bâtiment, qui a été construit dans un style architectural colonial français. Sur la façade ouest du bâtiment se trouvent les fenêtres Demerara traditionnelles. Le bâtiment a été créé par Taylor et Gillies en 1910. La résidence a été nommée de l’évêque Thomas Hayes, qui a été archevêque à Trinité-et-Tobago de 1889 à 1904. Le révérend John Francis Welsh était le premier résident. Il est classé comme site patrimonial et protégé par la National Trust Act.

3. Mille Fleurs

maisons coloniales trinité

Mille Fleurs, au 23 Maraval Road, a été construite et nommée par l’épouse du Dr Enrique Prada (1867 Venezuela-1944 Trinité) en 1904. Les Prada ont vécu dans la maison jusqu’en 1923, quand ils l’ont vendu à Joseph Salvatori. Elle est restée dans la famille jusqu’à la fille de Salvatori, Mme Pierre Lelong l’a vendue à George Malouk en 1973. Il l’a vendu au gouvernement de Trinité-et-Tobago en juin 1979. Bien que Mille Fleurs soit moins ostentatoire que certains de ses voisins, la qualité de la finition et des détails est peut-être de qualité beaucoup plus grande : balustres et marches de marbre des escaliers, colonnes et supports en fonte élaborés. Cependant, après une période où elle n’a pas été occupée, elle s’est beaucoup détériorée. Elle est classée comme site patrimonial et protégé par la National Trust Act.

4. Ambard’s House

maisons coloniales trinité

Ambard’s House, au 25 Maraval Road, est une maison de style français Second Empire qui a été conçue par l’architecte français Lucien F Ambard. Il l’a construit en 1904, en utilisant du bois du domaine familial d’Ambard à Erin pour les chevrons. Il a également importé des éléments en fonte d’origine écossaise, du marbre italien et des carrelages français pour sa construction. La maison a été bien entretenue et reste fidèle au design original. Elle est classée comme site patrimonial et protégé par la National Trust Act.

5. Archbishop’s Palace

Archbishop's Palace

Archbishop’s Palace est la résidence officielle de l’archevêque de Port d’Espagne, elle se situe au 27 Maraval Road et a été construite en 1903 par Patrick Vincent Flood, le cinquième archevêque de Port d’Espagne. À cette époque, d’autres résidences étaient construites sur Maraval Road par de riches créoles français. Le bâtiment, conçu par un architecte irlandais dans un style architectural de l’Empire indien, avait une chapelle et une sacristie au premier étage. Un porche enveloppe le bâtiment. Le bâtiment colonial a été considérablement remodelé de 1968 à 1969. Dans certains cas, les rénovations ont été déviées de l’esthétique originale du design architectural. Par exemple, des portes coulissantes en aluminium ont remplacé les doubles portes en bois au rez-de-chaussée. Il est classé au patrimoine et protégé par la Loi sur la fiducie nationale.

6. Whitehall

whitehall trinité

Whitehall, au 29 Maraval Road, est la plus grande résidence de cette voie. Originairement appelé Rosenweg, elle a été construite par Joseph Leon Agostini, un planteur de cacao, basé sur ses plans de conception. La famille d’Agostini était de Corse, et l’influence se reflète dans l’architecture inspirée de la Méditerranée maure de la maison. La construction a commencé en 1904 par James Moore de la Barbade, et il a fallu trois ans pour compléter le projet, à l’exception du toit qui n’a été achevé qu’en 1910. L’extérieur a été construit à l’aide de calcaire blanc de la Barbade. Il s’agissait d’un bâtiment de trois étages avec quatre salles de réception, une bibliothèque, un salon, des caves à vin et de grandes galeries. Il y avait des suites de six chambres avec de grands vestiaires et des salles de bains avancées et modernes. La maison disposait de longs couloirs, de grands escaliers en marbre et d’un ascenseur de service entre les étages. Un américain, Robert Henderson, a acheté la maison et l’a renommée White Hall, pour l’extérieur en pierre de corail du bâtiment. Elle est classée comme site patrimonial et protégé par le Loi sur la fiducie nationale.

7. Stollmeyer’s Castle

Stollmeyer's Castle

Le château de Stollmeyer, également appelé Killarney, est une résidence de style baronial écossais située au 31 Maraval Road. Construite sur un terrain qui était autrefois utilisé comme ferme d’exploitation du gouvernement, c’était la première résidence construite dans le quartier de St Clair. Elle est nommée d’après Charles Fourier Stollmeyer, qui a embauché l’architecte écossais Robert Gillies pour concevoir la maison, qui est censée être modelée d’après une aile du château de Balmoral. Le projet de construction de deux ans a commencé en 1902. Lorsque sa femme a dit qu’elle préférait une maison plus simple, Stollmeyer a donné la maison à son fils, Conrad. La propriété a été réquisitionnée par les forces des États-Unis, qui l’ont appelée « The Castle », pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a ensuite commencé à s’appeler Stollmeyer’s Castle. Après la guerre, elle est restée dans la famille Stollmeyer jusqu’en 1972, puis a été achetée par un dirigeant d’assurance, Jessy Henry A Mahabir. Sept ans plus tard, le gouvernement de la Trinité-et-Tobago possédait le bâtiment. À la fin des années 1990, Citizens for Conservation a restauré le bâtiment. Il est sous la responsabilité du Cabinet du Premier ministre et est un site patrimonial protégé par la Loi sur la fiducie nationale.

maraval road port d'espagne

Source et crédits photos : David Stanley, trinbagoapproved, Raymond, Raymond 2, destinationtnt, wikipedia.org/wiki/Magnificent_Seven_Houses, destinationtnt.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire