architecture brutaliste

Architecture brutaliste

Le brutalisme est un style d’architecture des années 1950-1970, caractérisé par des structures en béton simples, en forme de bloc, qui sont aussi choquantes pour les yeux aujourd’hui qu’elles l’étaient lors de leur construction. Un bâtiment brutaliste moyen est une architecture graphique mémorable qui se démarque dans la foule, modifiant à jamais les horizons des villes et planant sur les paysages construits du monde entier. Un style audacieux, le brutalisme ne laisse personne indifférent, à la fois pour les défenseurs passionnés et ceux qui ont du mal à aimer.

Histoire de l’architecture brutaliste

Le terme brutalisme (inventé par l’architecte suédois Hans Asplund sous le nom de nybrutalisme et popularisé par le critique d’architecture britannique Reyner Banham en 1955) n’est pas une référence à la nature brutale de son apparence, mais est un jeu de mot autour de l’expression française pour béton brut. Émergeant du mouvement moderniste de la fin du 19ème siècle au milieu du 20ème siècle, l’architecture brutaliste est née dans les années 1950. L’emblématique Cité Radieuse de l’architecte moderniste Le Corbusier à Marseille (un logement de la classe ouvrière d’après-guerre pour 1600 personnes qui fait partie de son projet de logement social Unité d’Habitation) serait le bâtiment qui a inspiré le mouvement brutaliste. Achevé en 1952, il avait une charpente massive en béton armé sans fioritures remplie d’unités d’appartements modulaires qui était un modèle pour les sociétés de l’après-guerre cherchant à reconstituer le parc de logements pour les masses.

architecture moderne

Le brutalisme s’est répandu en Europe, en Union soviétique et aux États-Unis (et dans le monde entier dans des pays comme Israël, le Japon et le Brésil). L’architecture brutaliste est devenue un choix populaire mais toujours controversé pour les bâtiments institutionnels tels que le One Police Plaza de New York (1973) et le Boston City Hall (1968) ainsi que les bibliothèques universitaires, les églises, les centres commerciaux, les immeubles de logements sociaux de grande hauteur comme les Orgues de Flandre à Paris et les complexes culturels comme la Hayward Gallery (1968) et le National Theatre (1976) à Londres.

Les Orgues de Flandre

Le brutalisme a commencé à s’estomper dans les années 80, où il est devenu de plus en plus considéré comme froid, aliénant et impropre à l’homme. Il s’est avéré que le béton avait une allure d’indestructibilité mais se détériorait de l’intérieur, le rendant difficile à entretenir et sujet à l’effritement et aux dégâts d’eau à mesure qu’il vieillissait. Les bâtiments brutalistes étaient négligés et couverts de graffitis, symbolisant la décadence urbaine. L’adoption de l’architecture brutaliste en Union soviétique a fait que le style a également commencé à souffrir de son association avec le totalitarisme.

Au cours des années qui ont suivi, le monde s’est divisé entre ceux qui pensaient que les bâtiments brutalistes étaient des horreurs à démolir et ceux qui trouvaient que ces chefs-d’œuvre architecturaux de bâtiments anciens mais pas encore historiques devaient être chéris et préservés. En raison de leur construction en béton coulé, les bâtiments brutalistes sont difficiles à rénover, bien qu’un exemple réussi soit le Centre National de la Danse juste à l’extérieur de Paris, qui a ouvert ses portes après la reconversion du bâtiment original de 1972 en 2003. Ils sont également difficiles à démolir, ce qui ne fait que compliquer encore plus le débat public sur la question de savoir s’il faut ou non sauver ces immenses reliques.

Pantin - Centre National de la Danse

Alors que l’architecture est passée au postmodernisme des années 1980 et 1990 et aux styles contemporains d’aujourd’hui, en partie parce que tout revient à la mode d’une manière ou d’une autre, et grâce à une récente vague de livres et à la redécouverte du #brutalisme par une nouvelle génération sur internet, le brutalisme montre son influence dans les produits contemporains et la décoration intérieure, les meubles et les objets.

Éléments clés du brutalisme

  • Aspect “block” et lourd
  • Lignes simples et graphiques
  • Manque d’ornementation
  • Sensation utilitaire
  • Palette monochromatique
  • Utilisation d’extérieurs en béton brut apparent (et parfois en brique)
  • Surfaces rugueuses et non finies
  • Utilisation de matériaux modernes tels que l’acier, le verre, la pierre
  • Petites fenêtres
  • Éléments modulaires

Fait intéressant sur l’architecture brutaliste

La tour Trellick de Londres, conçue par l’architecte Erno Goldfinger, est une unité de logement brutaliste de 31 étages achevée en 1972 qui a maintenant un statut historique. Goldfinger était l’un des architectes modernistes appelés à reconstruire et à réapprovisionner les logements de Londres après les ravages de la Seconde Guerre mondiale, mais tout le monde n’est pas fan de son travail. L’auteur de James Bond, Ian Flemming, détestait tellement l’esthétique de Goldfinger qu’il a nommé son ennemi juré avec son nom.

Trellick tower

Sources et crédits : The Spruce, wikipedia, edegeplot,

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor