Maisons traditionnelles indiennes résistantes aux séismes

Les tremblements de terre ne sont pas un phénomène commun dans la plupart des régions du monde. Par conséquent, les maisons dans la plupart des zones rurales ne sont pas construites pour résister aux forces sismiques, ce qui entraîne de lourdes causalités, même dans les séismes modérés. Cependant, dans certaines parties du monde, comme l’Inde, où les tremblements de terre sont courants, les gens ont incorporé les éléments cruciaux de la résistance aux séismes dans leur méthode de construction traditionnelle.

http://jamminglobal.com/galleries/jammin-thru-india-ladakh-gallery/35-old-manali-1024x768

Les techniques traditionnelles de construction de maisons indiennes ont démontré avec succès, lors de tremblements de terre ayant eu lieu dans la région de l’Himalaya, qu’il y a une composante inhérente associée à la conception de la construction. Cela a été prouvé lors du tremblement de terre de Kangra en 1905, les maisons traditionnelles Kat-Ki Kunni dans la vallée de Kullu faites de bois sont restées intactes. Les bâtiments de Dhajji-Diwari sont restés intacts lors du séisme de Srinanage en 1885. De même, à Uttarkashi, les bâtiments traditionnels à plusieurs étages, appelés Pherds, ont incorporé des caractéristiques fondamentales de résistance aux séismes.

Les Pherols d’Uttarkashi

Les Pherols sont de vieilles structures à plusieurs étages construites traditionnellement dans le district d’Uttarkashi. Les principaux matériaux de construction sont la pierre et le bois avec du mortier de boue. La construction est essentiellement de type maçonnerie en moellons. Les diverses caractéristiques antisismiques de ces types de maisons sont l’utilisation de bandes de bois comme poutres et de colonnes verticales en bois comme épingles pour attacher les parois intérieures et extérieures d’un mur. De longues pierres avec des surfaces planes sont réparties dans les murs pour rendre les charges verticales dans les unités murales et minimiser la tendance des pierres murales à pousser vers l’extérieur. De plus, pour répartir verticalement une partie de la charge sismique, des renforts d’angle sont créés par l’utilisation de blocs de bois et de longues pierres plates. De plus, la hauteur du plancher est maintenue basse et il y a un nombre minimum d’ouvertures pour maintenir le centre de gravité bas et aussi pour l’isolation.

maison traditionnelle inde

Les Dhajji-Diwari du Cachemire

Les bâtisses Dhajji-Diwari ont survécu lorsqu’une partie du palais et d’autres bâtiments anciens se sont effondrés lors du séisme de Srinagar en 1885. L’aspect le plus significatif des bâtiments Dhajji-Diwari est la combinaison des matériaux de construction utilisés. Ces matériaux sont disponibles localement et sont utilisés depuis des générations. Les éléments de base de ces bâtiments sont des piliers de maçonnerie porteurs et des murs de remplissage. Il y a des tirants en bois à chaque étage. La fondation se compose de maçonnerie en moellons avec du mortier de chaux, tandis que du mortier de boue est utilisé pour le reste de la structure. Les matériaux de remplissage sont généralement des briques collées avec du mortier de boue. Les bandes de bois lient les murs de la structure avec les planchers et confèrent également une ductilité à une structure qui est autrement fragile. Les murs de maçonnerie cruciaux ont une rigidité mais pas de force. En l’absence de force, la flexibilité est essentielle pour la résistance au tremblement. Ici, la flexibilité désirée est fournie par la combinaison de bois et de maçonnerie non armée posée dans un mortier d’usure. Les poutres en bois relient toute la maison et assurent que le bâtiment entier se balance comme une unité lors d’un tremblement de terre.

maison seisme inde

Les Kat-Ki-Kunni de la vallée de Kullu

À l’instar des Pherols et des bâtiments Dhajji-Diwari, les Kat-Ki-Kunni (bâtiments à pans de bois) ont subi peu de dommages dans le secteur épicentré de la vallée de Kullu lors du tremblement de terre de Kangra en 1905. Cette structure est presque identique aux Pherols d’Uttarkashi. Elle combine le poids, la solidité et la fraîcheur d’un bâtiment en pierre avec la flexibilité et les qualités anti-sismiques du bois. Ici, le collage du bois a lieu à des intervalles verticaux de 1m à 1m50. Deux poutres parallèles sont posées avec une couche de maçonnerie, une à l’intérieur et une à l’extérieur.

maison résistante aux seismes inde Maisons traditionnelles indiennes résistantes aux séismes

Sources : www.devalt.org, hillpost.in, jamminglobal.com.

activités familiales

Laisser un commentaire