les maisons en bois d'istanbul

Les maisons en bois d’Istanbul

Pendant des siècles, les maisons en bois ont fait partie du paysage urbain d’Istanbul. Mais beaucoup ont été détruites car de vastes étendues de la ville ont subi une modernisation. Maintenant, la ville tente de sauver son patrimoine culturel.

Le palais du ministre de la Marine Ahmet Pasa, datant du 19ème siècle, est l’une des maisons ottomanes en bois les plus impressionnantes du centre-ville d’Istanbul. Martin Bachmann de l’Institut archéologique allemand (DAI) attache beaucoup d’importance au plafond en bois finement sculpté du premier étage du bâtiment. « Cette maison est l’exemple le mieux conservé de la richesse de l’architecture ottomane », explique-t-il.

Depuis des décennies, cette branche de la DAI documente le stock restant des maisons en bois d’Istanbul. Ses travaux ont servi de base à la restauration minutieuse du Palais Ahmet Pasa il y a 30 ans. La plupart des autres bâtiments en bois sont tombés en ruine depuis, ont été démolis ou brûlés lors de grands incendies. Miraculeusement cependant, un petit nombre de bâtiments ont survécu à cette triple menace.

Depuis plus de 10 ans maintenant, le palais abrite le « kudeb » : une sorte de centre d’expertise pour la restauration des vieilles maisons en bois. Les autorités, qui sont exclusivement financées par le gouvernement municipal d’Istanbul, collaborent avec l’UNESCO pour protéger les quartiers de Suleymaniye et Zeyrek, qui ont été désignés sites du patrimoine mondial. Demet Surucu, employée chez kudeb, forme de jeunes restaurateurs qui doivent apprendre le travail presque oublié des charpentiers ottomans : comment construire une baie vitrée connue sous le nom de « kafes », par exemple.

Les maisons en bois d’Istanbul

Les maisons en bois d’Istanbul, construites en grande partie dans la seconde moitié du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, sont de deux types principaux : le konak et la maison en rangée. Le konak, la forme de construction la plus ancienne, est une maison de ville unifamiliale entourée d’un jardin. Ces jardins constituent une partie essentielle du programme spatial et architectural. Ornés de fontaines et de pergolas, ils fonctionnent comme des pièces extérieures par temps tempéré. Le konak dispose de pièces de réception au rez-de-chaussée et de logements privés aux étages supérieurs. Un étage mansardé, construit comme un pavillon, surmonte les pièces à vivre spacieuses.

maison en bois istanbul

Les maisons en rangée ou en terrasse, plus modestes, se sont développées à la fin du 19ème siècle lorsque les grands lots de construction konak ont ​​été divisés. En raison de leur date de construction ultérieure, ils ont tendance à être dans un état de conservation un peu meilleur que les konaks. Il y a trois plans de base, tous avec une cage d’escalier flanquée d’une pièce unique ou de deux pièces. Presque sans exception, les maisons en rangée ont un petit jardin caché derrière de hauts murs et planté d’arbres et de fleurs, souvent avec un puits.

maisons en bois istanbul

Techniques de construction

La majorité des maisons en bois sont construites sur des fondations en pierre. Un support de charpente en bois de deux ou trois étages surmonté d’une surface de toit en forme de terrasse est caractéristique des maisons en rangée. À Istanbul, des planches étroites sont clouées sur les surfaces extérieures, tandis que les murs intérieurs sont enduits de plâtre à la chaux. Il s’agit d’une méthode de construction particulièrement rapide et économique permettant une construction rapide par de petites équipes.

La méthode de construction, rendue possible par les progrès de la fabrication des clous et créée en réponse à un besoin de construction rapide, consiste en un cadre léger maintenu par des clous au lieu de l’ancien système de poutres lourdes jointes par mortaise, tenon et chevilles. Dans ce nouveau système de construction, les plaques murales, les poteaux, les solives de plancher et les chevrons étaient tous constitués de bois sciés minces cloués ensemble de telle sorte que chaque contrainte allait dans le sens de la fibre du bois. Les poutres en bois formaient une cage sur laquelle une planche ou un bardeau était fixé.

À Istanbul, le bois préféré est le pin, le hêtre étant utilisé pour les boiseries intérieures. Dans les maisons plus raffinées et luxueuses, les intérieurs étaient minutieusement équipés d’armoires, d’étagères murales et de plafonds et sols décoratifs. Le bois utilisé dans les maisons d’Istanbul provenait des forêts voisines, soit du côté asiatique, soit du côté européen. La côte caspienne est particulièrement riche en forêts. Le bois était ensuite expédié au port d’Istanbul pour déchargement et distribution.

maisons bois istanbul

Les façades sont habillées d’une grande variété de boiseries sculptées et découpées donnant un air de gaieté et de fantaisie aux maisons. Une profusion de motifs ornent les cadres de portes et de fenêtres, les corniches, les corbeaux sous les baies vitrées et dans les coins. Ces caractéristiques exprimaient les fantasmes et les goûts du propriétaire.

L’emplacement et la forme des fenêtres sont d’autres caractéristiques distinctives des maisons en bois d’Istanbul. Les fenêtres sont nombreuses et de taille généreuse, généralement concentrées dans les deux étages supérieurs. Leur positionnement reflète le souhait de belles vues sur les voies navigables de la ville ainsi que les exigences communes d’intimité et de sociabilité.

Suleymaniye et Zeyrek

La plus forte concentration de maisons en bois se trouve dans 2 quartiers, Suleymaniye et Zeyrek. Le quartier de Suleymaniye, surpeuplé et en ruine, mélange les commerçants du textile, le marché de gros des fruits et légumes, les petites industries et les entrepôts avec des maisons en rangée de la fin du 19ème siècle. La plupart d’entre elles se désagrègent, sans cuisine ni salle de bain, bien qu’elles aient l’électricité et l’eau courante. Le système d’égouts actuel date d’environ 1910. Il y a souvent 4 ou 5 personnes qui louent une pièce.

Suleymaniye maisons bois

Zeyrek est le premier point d’arrivée à Istanbul pour les immigrants d’Anatolie. Situé sur les pentes de la Corne d’Or, c’est ici que les immigrants trouvent leur première maison, souvent avec des parents de leur village. Leur séjour dans ces maisons en bois non équipées est temporaire : après avoir trouvé un emploi, ils déménagent dans les nouveaux quartiers résidentiels qui ont surgi en marge d’Istanbul, appelés gecekendus. Les vagues d’immigrants passant par Zeyrek créent une situation de négligence et de délabrement. Les réparations les plus nécessaires restent en suspens car la maison est louée encore et encore à de nouveaux locataires par des propriétaires non concernés. Des trous apparaissent dans le toit, de graves dégâts d’humidité sont subis par la structure et la maison s’effondre.

zeyrek maison en bois

Un patrimoine mondial menacé

Malheureusement, les dernières maisons en bois d’Istanbul s’effondrent et avec elles, tout un type architectural et culturel disparaît. Ces maisons en bois, exemples d’ingéniosité et de goût, font partie intégrante du tissu de la ville historique d’Istanbul et sont des éléments clés pour préserver son paysage urbain. Les rues étroites traditionnelles avec vue sur la ville bordées de maisons en bois aux fenêtres en baie surplombant la guirlande d’eaux entourant la ville deviennent rapidement un souvenir.

Le centre historique d’Istanbul est un site du patrimoine mondial depuis 1985. Mais ces dernières années, l’UNESCO a menacé à plusieurs reprises de le déplacer sur une liste de sites du patrimoine en péril. L’organisme onusien fait valoir qu’un trop grand nombre de bâtiments historiques entourant l’impressionnante mosquée Sulemaniye ont été démolis.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ali Kurultay (@ali.kurultay) le

 

Causes de détérioration

Comme c’est souvent le cas, un ensemble de facteurs convergent pour menacer la pérennité d’un parc immobilier traditionnel. À Istanbul, de nombreuses maisons en bois sont infestées de termites qui provoquent une éventuelle détérioration de la structure. Les dommages causés par l’humidité sont également un grave problème dans la conservation de ces maisons. Mais le facteur le plus important de la désintégration des maisons en bois est peut-être le manque d’entretien.

Des conditions sociales et économiques particulières créent un climat particulièrement défavorable qui va à l’encontre de la conservation de cette architecture vernaculaire. Les migrants de l’est de la Turquie trouvent des emplois en tant que transporteurs, marchands de fruits et légumes et travailleurs saisonniers à proximité des marchés de la péninsule historique. Un groupe de travailleurs célibataires loue des chambres dans de vieilles maisons. Les maisons deviennent minables et commencent à se détériorer faute de soins et de surpopulation. Pour certains propriétaires qui veulent se débarrasser de leurs vieilles maisons en bois pour construire un immeuble moderne, la location à des travailleurs sans famille devient une méthode de démolition consciente.

maison en bois à istanbul

Selon Dogan Kuban, l’un des architectes turcs les plus respectés, si l’on tient compte de l’existence d’une attitude d’ambivalence envers le passé et des exigences pratiques de la vie quotidienne, on ne peut être surpris par le spectacle de la disparition rapide de tous les vieux quartiers d’Istanbul avec leurs maisons en bois. Selon lui, ce qui rend la conservation parfois impossible à Istanbul, c’est le sentiment d’aliénation envers la culture matérielle du passé récent. Il faut donc convaincre la population que ces logements ne doivent pas être considérés comme des bidonvilles, mais comme représentatifs d’un patrimoine irremplaçable et digne d’être préservé.

maison bois istanbul

Cette situation implique également un autre obstacle : la discontinuité des techniques de construction. À Istanbul jusqu’aux années 1920, le bois était le matériau de construction de base de l’architecture domestique. Les anciennes techniques de construction en bois sont devenues inacceptables, non seulement dans un sens pratique, mais aussi pour des raisons de système de valeurs culturelles. Bien que l’on puisse soutenir que l’entretien des bâtiments en bois et le remplacement des éléments endommagés coûtent cher, c’est en grande partie une question d’attitude culturelle qui détermine la survie de ces maisons en bois. Le remplacement du bois par du béton à Istanbul n’est pas seulement pour des raisons de sécurité ou d’économie, mais aussi pour la richesse et la solidité symbolisée par le béton.

Programmes de conservation

L’Unesco, les universités de Zurich et de Darmstadt et l’Institut allemand d’archéologie d’Istanbul ont tous mené des études visant à conserver cette architecture historique. À ce jour, les enquêtes sur les maisons en bois existantes dans les districts de Suleymaniye et de Zeyrek sont terminées. Elles consistent en des dessins détaillés de chaque maison, avec des plans et des élévations. Les noms des propriétaires ont été recueillis auprès du Bureau national d’enregistrement et des entretiens avec les habitants ont été réalisés. Des propositions d’espaces piétonniers et de voies de circulation ont été rédigées. Bien que le premier de ces projets ait commencé en 1977, ils n’ont pas encore été mis en œuvre.

Malgré les efforts dévoués et soutenus de la commission de l’Unesco et de l’Institut archéologique allemand, le sort des maisons en bois d’Istanbul est sombre. Les études et inventaires nécessaires ont été effectués de manière appropriée, mais les mesures de conservation et de réhabilitation n’ont été ni entreprises ni même prévues.

Fondamentalement, la décision finale est d’ordre financier, car les moyens juridiques et administratifs pour arrêter le processus de démolition sont encore limités. La désignation de Suleymaniye et de Zeyrek en tant que zones protégées, conformément à la nouvelle loi historique sur la préservation, indique un progrès juridique, mais n’a pas été satisfaite par un soutien financier ou une planification adéquate.

Les maisons en bois d’Istanbul, précieux vestiges de la vie de la vieille ville, auront bientôt disparues à moins que des initiatives de sauvegarde actives ne soient prises.

Sources et crédits des photographies : dw.com, fao.org, Yonca Evren, Andrea Kirkby, Truus, Andra Moclinda, inka piegsa, Mark J, ozgur ozkok, wikimedia Jwslubbock

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor