Architecture des Îles Féroé

L’architecture est étroitement liée à l’identité, à l’histoire, aux moyens de subsistance, à la culture et à l’ambition des individus et de la nation dans son ensemble. Cela est vrai dans les îles Féroé comme dans tous les autres endroits où les humains se sont installés, ont construit et façonné des environnements créés par l’homme pour y vivre et y travailler.

L’architecture féroïenne est un mélange nordique de traditions et d’inspirations de l’architecture norvégienne et danoise, formé dans ce contexte féroïen particulier d’un environnement naturel exigeant, un sens profond de la communauté équilibré avec un individualisme fort et coloré.

Tradition et modernité : Nordic House

Traditionnellement, les matériaux de construction étaient ce qui pouvait être trouvé dans l’environnement naturel environnant : la pierre, le gazon et le bois. Comme les îles Féroé n’ont pas de forêts, le bois provient de la mer, emporté des terres lointaines. Nous voyons encore ces éléments dans l’architecture féroïenne moderne, où beaucoup de bâtiments modernes ont les toits caractéristiques des îles féroïennes. La Nordic House (maison nordique) de Tórshavn, conçue par l’architecte norvégien Ola Steen, est un exemple éminent d’un design très moderne combiné avec des caractéristiques traditionnelles.

nordic house Tórshavn

Environnements préservés : Koltur et T.F. Thomsen

Les maisons féroïennes médiévales étaient des fermes, très semblables à celles trouvées en Norvège de la même période. Pas étonnant, car la population provenait de colons venant des parties occidentales de la Norvège. Sur l’île de Koltur, un village de ferme médiéval restauré constitue un important site du patrimoine national pour les îles Féroé.

koltur

Les fermes étaient regroupées étroitement dans de petits villages dispersés autour des îles. Les villages sont toujours là, bien que certains d’entre eux soient devenus des villes, avec l’émergence de l’industrie de la pêche commerciale à partir de la fin du 19ème siècle. Les bâtiments commerciaux bien conservés de T.F. Thomsen à Tvøroyri sont un excellent exemple de cette ère dynamique.

T.F. Thomsen

Tinganes

Tinganes est l’emplacement historique du landstýri féroïen (gouvernement), et fait partie de la vieille ville de Tórshavn. Le parlement s’y est réuni pour la première fois à l’époque des Vikings où les colons norvégiens ont placé leur Ting (parlement) sur place en 825. C’est l’un des plus anciens lieux de rencontre parlementaire du monde. La petite rue principale de la péninsule s’appelle Gongin et abrite les parties les plus anciennes de la ville. Beaucoup de maisons de Tinganes ont été construites aux 16ème et 17ème siècles et sont encore utilisées aujourd’hui. Les maisons y sont très bien conservées et forment un fascinant environnement de maisons en bois d’une beauté unique.

tinganes

La communauté rencontre l’individualisme : randarhús

Les Féroïens sont profondément enracinés dans la communauté et la tradition. En même temps, ce sont des gens innovateurs et très individualistes. Une caractéristique typique des villages et des villes des îles Féroé est le degré élevé de variation de la couleur : tout le monde peint sa maison dans la couleur de son choix, qui doit, bien sûr, être différente de celle de son voisin. Cette tendance est très bien illustrée par le développement de logements intrigants et imaginatifs dans la périphérie nord de Tórshavn. Ici, les maisons sont appelées randarhús (maisons frontalières), car elles marquent les limites extérieures de la ville, tout comme les murs des villes médiévales. Même quand elles sont attachées les unes aux autres, ces maisons ont toutes leur propre forme et couleur.

randarhús

Source et crédits photos : faroeislands, kovboyfilm, wikipedia, wikipedia, iliveasidream.

activités familiales

Laisser un commentaire