maison gitan Țăndărei

Țăndărei : une ville construite sur le dos des britanniques

À première vue, il s’agit d’une ville en plein essor : un endroit où les nouveaux riches citoyens dépensent leurs richesses dans des maisons de style Beverly Hills, fiers de montrer ce qu’ils ont accompli. Mais les rues aux couleurs vives cachent un secret beaucoup plus sombre : c’est une ville prétendument construite sur les bénéfices britanniques, où les habitants respectueux des lois craignent le retour de leurs voisins.

maison gitan Țăndărei

Bienvenue à Țăndărei, une ville où de nombreuses maisons ont été construites sur le dos du généreux système de prestations britanniques et la capacité de la sous-classe criminelle à le manipuler. Țăndărei, à 60 km à l’est de Bucarest, la capitale roumaine, a changé de visage ces dernières années : le nombre de demeures dans cette ville de 12 000 habitants a triplé depuis qu’il a attiré l’attention internationale. Parmi celles-ci, plus de 300 (la plupart avec des BMW luisantes et des Volkswagens flambant neufs garés sur les allées pavées à l’extérieur) sont soupçonnées d’avoir été payées par le contribuable britannique grâce à l’argent gagné illégalement ou par des escroqueries au Royaume-Uni.

maison gitan Țăndărei

Certaines, avec des balcons dépassant de chaque chambre à coucher, sont censées appartenir à des gangsters gitans qui bafouent les règles de libre circulation de l’Europe pour voler les Britanniques de dizaines de milliers de livres. Beaucoup de voitures garées à l’extérieur des maisons ont des plaques d’immatriculation britanniques. Les critiques ont soutenu que les gitans roumains se sont rendus au Royaume-Uni pour réclamer des prestations et ont envoyé l’argent à leurs parents restés au pays, où le salaire annuel moyen est d’environ 4 100£ (environ 4600€).

maison gitan Țăndărei

En février, des statistiques gouvernementales ont révélé que plus de 3 000 roumains ont été déclarés en quête de prestations au Royaume-Uni. Les règles ont été renforcées ces dernières années : des règles qui stipulent qu’un migrant de l’UE sans emploi doit être dans le pays pendant trois mois avant de pouvoir réclamer le JSA (allocation chômage) pour un total de trois mois, et ne peuvent pas réclamer des allocations de logement… mais certains trouvent encore le moyen de les contourner.

Par exemple, ceux qui arrivent en tant que travailleur salarié ont une classification différente selon les règles de l’UE. Cela signifie qu’ils ont le même accès au système de prestations que n’importe quel ressortissant britannique : ce qui signifie 20,70 £ par semaine pour votre enfant le plus âgé, et 13,70 £ par semaine pour tous les autres enfants.

maison gitan Țăndărei

Sur une année, cela signifie qu’une famille avec trois enfants peut réclamer plus de 2,500 £ (environ 2800€), soit plus de la moitié du salaire moyen du pays. Ajouté à d’autres avantages possibles, il n’est pas difficile de voir comment la criminalité roumaine parvient à financer de tels styles de vie dans leur pays d’origine.

Pour les citoyens travailleurs de ce pays d’Europe de l’Est, c’est plus qu’un peu irritant. Alecu Vasile, 60 ans, de Țăndărei, a déclaré : « Je ne pense pas que l’on puisse faire de telles maisons avec de l’argent honnête… J’arrive à peine à joindre les deux bouts. »

maison gitan Țăndărei

Cependant, cela ne veut pas dire que les habitants de cette petite ville veulent que leurs voisins gitans reviennent de sitôt. En fait, ils vivent dans la crainte constante d’un retour du Royaume-Uni, où quelque 5 000 gitans locaux se seraient installés ces dernières années. Les habitants de Țăndărei parlent d’être assiégés, disant que la paix ne revient dans la région que lorsque les gitans sont à l’extérieur du pays. Quand ils reviennent pour les jours fériés et les occasions spéciales, le chaos règne.

maison gitan Țăndărei

Un habitant a déclaré : « Je suis content qu’ils soient à l’étranger. Quand ils reviennent, je ne sors pas après la tombée de la nuit. C’est trop dangereux et je finirais par revenir sans mon portefeuille. Nous avons plus de gitans ici qu’ailleurs, environ les trois quarts des habitants de cette ville sont des gitans. Bientôt, il n’y aura plus de roumains ici.

Pris en flagrant délit : Adrian Radu, à gauche, a illégalement réclamé £ 29 000 de soutien au revenu et de crédits d’impôt au Royaume-Uni entre 2008 et 2010, lorsqu’il était en Roumanie. Pendant ce temps, Ilie Schian, à droite, a réclamé faussement £ 35 000 en une année. Tous les deux avaient des maisons à Țăndărei

Même quand les gitans sont en ville, les maisons ne sont pas pleines de vie : les habitants disent que les maisons sont construites pour être exposées plutôt qu’habitées. Les gitans utilisent uniquement le bâtiment principal pour les fêtes de famille et les fonctions, mais restent dans les annexes primitives construites à l’arrière des somptueuses propriétés.

« Elles sont trop mal construites, je pense qu’ils ont peur d’y vivre », a déclaré un voisin, qui a choisi de rester anonyme par crainte de représailles. Un autre a dit : « Ils laissent des membres de la famille derrière et leur disent de ne pas utiliser la maison et ne les ouvrent que lorsque les autres reviennent. En conséquence, beaucoup de Roumains en ville finissent par travailler pour leurs voisins tsiganes en tant que gardiens : en gardant les maisons propres et les jardins bien entretenus pendant qu’ils sont à l’étranger.

maison gitan Țăndărei

Deux des somptueuses maisons appartiennent à un gang tsigane connu sous le nom de clan Radu. La maison orange voyante a été abandonnée depuis qu’ils ont été arrêtés au Royaume-Uni il y a cinq ans. Adrian Radu, 33 ans, le fils d’un des chefs de gangs, Constantin Radu, a illégalement réclamé 29 000 £ de soutien de revenu et de crédits d’impôt au Royaume-Uni entre 2008 et 2010, alors qu’il était en Roumanie. Lorsque la police l’a arrêté à Țăndărei, il vivait dans un nouveau manoir de six chambres en marbre et conduisait une luxueuse Audi Q7. L’allée est maintenant vide et à l’extérieur, un panneau indique que les propriétaires vivent à l’étranger.

maison gitan Țăndărei

Source : Mail Online

ARTICLES SIMILAIRES :

1 commentaire

  • Vous croyez vraiment que ces maisons ont été financées juste avec 30 000 € de soutiens et de crédits . Une grosse voiture allemande coûte déjà 2 x plus. Cet article est nul. Bien sur la fraude aux prestations sociales fait partie de leurs revenus illicites mais il auraient fallu enquêter mieux; vous mettez en évidence le visible de l’iceberg en croyant faire du sensationnel et cela vous décrédibilise ! ! !

chasses au trésor