Août 1, 2016
412 Vues

Les petites cheminées des toits de Paris

Écrit par

Un élément architectural banal mais emblématique de l’Europe : les petites cheminées qui ornent les toits des maisons et des bâtiments. À Paris, en particulier, elles sont omniprésentes et sont présentes en exceptionnellement grande concentration sur presque tous les bâtiments. Comme ces images en témoignent, il est impossible de regarder par-dessus les toits de la capitale sans voir une de ces petites cheminées. Vous pouvez réellement savoir combien de foyers individuels existent dans le bâtiment en comptant les petites cheminées sur le toit.

La première apparition des cheminées sur les toits en Europe date peut-être du 13ème siècle. Avant cela, les maisons étaient chauffées par un feu ouvert situé sur une surface d’argile ou de briques dans le centre de la maison, sur lequel les repas étaient préparés et où les gens se blotissaient pour se réchauffer. La fumée du feu s’échappait seulement à travers un trou dans le toit ou dans la paroi fait dans ce but.

Les premières cheminées sont apparues uniquement sur de grandes maisons de maître, et pendant la période Tudor, c’est devenu à la mode d’avoir des cheminées et des briques ornées.

cheminées paris (1)

Le développement des cheminées sur les toits n’a pas éliminé entièrement la fumée des maisons, parce que la nature de la chaleur était mal comprise et les cheminées manquaient de conception pour enlever efficacement la fumée. Jusqu’au 18ème siècle, la plupart des scientifiques croyaient que la fumée était formée par la chaleur et puisque la chaleur passait du chaud vers les régions plus froides, très peu devait être fait pour empêcher la fumée de remplir une salle.

En fait, on pensait que le fait qu’une pièce se remplissait de fumée était une indication que celle-ci se réchauffait. Selon leur compréhension, c’est seulement quand la pièce devenait suffisamment chaude que la fumée sortirait par la cheminée.

Au 18ème siècle, la pénurie en bois fait passer les gens de la combustion du bois à celle du charbon. Lorsque la suie de charbon a commencé à remplir les maisons, une solution pour éliminer la fumée des pièces a été vivement recherchée.

Cela a conduit à de nombreux nouveaux modèles de cheminées et à des développements importants, notamment par Benjamin Franklin et le comte Rumford.

cheminées paris (2)

Le charbon était aussi cher, donc seuls les riches pouvaient se permettre d’avoir des cheminées. Les gens ont donc commencé à faire étalage de leur richesse en ayant autant de cheminées que possible sur les toits.

Ceux qui ne pouvaient pas encore se permettre d’acheter du charbon avaient des cheminées factices construites avec des pots pour augmenter leur valeur chez leurs voisins.

L’ère victorienne fût « l’âge d’or » pour les cheminées de toit. Au cours de cette période, les conceptions en argile et en métal sont devenues monnaie courante. Les cheminées de toit sont également devenues un moyen pour les gens de personnaliser leur maison, car beaucoup de maisons mitoyennes construites durant cette période étaient identiques.

La plupart des maisons modernes d’aujourd’hui ont des systèmes de chauffage électrique, mais la ligne d’horizon de Paris est toujours ornée de ces cheminées défuntes.

cheminées paris (3)

cheminées paris (4)

cheminées paris (5)

cheminées paris (6)

cheminées paris (7)

Sources : amusingplanet.com, Shreyans Bhansali/Flickr, PreteMoiParis/Flickr, Jessica Mercer/Flickr, Mike Reed/Flickr, Ben Wicks/Flickr, Peaflockster/Flickr.

Enregistrer

Enregistrer

Mots clefs de l'article :
Catégories de l'article :
France

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *