maisons swahili bagamoyo

Les maisons swahili de Bagamoyo

À la fois belles et inquiétantes, les maisons de corail des 18ème et 19ème siècles de Bagamoyo, propres à la construction swahili, ont servi de toile de fond à la traite négrière de l’Afrique de l’Est. Des esclaves de l’intérieur de l’Afrique furent rassemblés au port de Bagamoyo par des marchands natifs, arabes et portugais pour les expédier à Zanzibar qui, dans les années 1700, commençait à fournir des esclaves pour le travail aux plantations locales, aux colonies européennes en Afrique et à un petit nombre de plantations d’Américains.

Bagamoyo ressemble à d’autres villes de la côte est (Lamu, Pale et Mombasa au Kenya) dont les rues étroites sont bordées de grandes maisons construites par des riches Arabes et des marchands indiens au 19ème siècle. Des murs extérieurs massifs encadrent de grandes portes ornées de sculptures, derrière lesquelles les pièces sont disposées le long de galeries donnant sur une cour intérieure. Spécialement à Bagamoyo, cependant, l’arrivée au 19ème siècle des Allemands a également laissé une empreinte sur le style architectural de la ville. Cette confluence rend le patrimoine de Bagamoyo absolument unique.

Maison de style colonial allemand

Les maisons swahili de Bagamoyo construites à partir de pierres coralliennes locales et de mortier de sable sont très poreuses, et donc par leur nature même sont endommagées au fil du temps par le climat humide et les pluies deux fois par an. Certaines propriétés ont été négligées par les propriétaires absents, dont certains ont même vendu les matériaux de toiture. Une campagne de sensibilisation du public est nécessaire pour encourager la préservation de ces bâtiments historiques; Un plan pour leur conservation à long terme est attendu depuis longtemps.

En 2006, la Tanzanie a ajouté la Route centrale de l’esclavage et de l’ivoire, avec Bagamoyo comme terminus, à la liste provisoire du patrimoine mondial du pays. En octobre 2009, la cinquième Conférence sur le patrimoine de la diaspora africaine s’est tenue en Tanzanie, signe de la prise de conscience croissante de l’importance de sites comme Bagamoyo. La conférence a marqué l’ouverture cérémonielle de la route, qui passe par cinq autres centres principaux de la traite négrière.

Sources et crédits photos : wmf.org, Sherwood, travelblog, Alex0033, Carola, Robert.

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor