maison sur pilotis madagascar

Les maisons en matériel végétal de Madagascar

Les maisons en matériel végétal sont fréquentes dans les régions côtières de Madagascar et étaient aussi autrefois couramment utilisées partout dans les Hautes Terres. Les types de plantes disponibles dans une localité donnée déterminent le matériau de construction et le style de construction. La grande majorité des maisons faites de matériel végétal sont des maisons rectangulaires, basses (d’un étage) avec un toit en pointe et sont souvent construites sur des pilotis. Ces caractéristiques architecturales sont presque identiques à celles trouvées dans certaines parties de l’Indonésie. Les matériaux utilisés pour la construction comprennent les roseaux (près des rivières), les joncs (dans le sud-ouest autour de Toliara), les plantes grasses endémiques, le bois (au sud et parmi les Zafimaniry), le papyrus (anciennement dans les Highlands autour du lac Alaotra), les graminées, les palmiers (omniprésents mais répandus à l’ouest autour de Mahajanga) et le raphia (surtout au nord et au nord-est). Pour une grande partie de la côte orientale de Madagascar bordant l’Océan Indien, l’architecture est très uniforme : presque toutes les maisons traditionnelles de cette région sont construites sur des pilotis et couvertes de chaume fait de feuilles de palmier.

maison sur pilotis madagascar

Les pilotis, le plancher et les murs sont généralement fabriqués à partir du tronc de cette même plante, typiquement après l’avoir écrasée pour former des planches larges (pour les planchers et les toitures) ou des bandes étroites (pour les murs). Ces bandes sont fixées verticalement sur le cadre. La plante de raphia est souvent utilisée de la même manière. Lorsque le bambou est utilisé à la place du ravinala (plante tropicale de la famille des Strelitziaceae), les longues feuilles pilées sont souvent tissées ensemble pour créer des murs avec un modèle de type damier.

maison traditionnelle madagascar

Ces maisons traditionnelles de Madagascar en matériel végétal n’ont pas de cheminée. Leur plancher est recouvert d’un tapis tissé avec des pierres amoncelées dans un coin où les feux de bois peuvent être brûlés pour cuire la nourriture. La fumée qui s’accumule noircit le plafond et les murs intérieurs au fil du temps. Les portes de ces maisons étaient traditionnellement laissées ouvertes ou pouvaient être fermées par un écran tissé maintenu fermé avec une sangle de cuir; aujourd’hui l’entrée est fréquemment créée avec un rideau de tissu. Des variations sur ce modèle de base peuvent être trouvées dans toutes les régions côtières en utilisant le matériel localement disponible. La plus grande des maisons côtières traditionnelles se trouvent dans le sud-est parmi les peuples Antemoro, Tanala et Antefasy, où les maisons peuvent atteindre 18 mètres de long. Ailleurs sur la côte, les maisons sont beaucoup plus petites, comme ci-dessous à Sambava.

Maisons traditionnelles avec toit de chaume de ravinala sur petits pilotis à Sambava

Préparation du bambou pour la construction des murs

Sources et crédits photos : wikiwand.com et africavernaculararchitecture.com.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor