Les maisons d’algues de l’île de Læsø

Sur l’île de Læsø, située au large des côtes du Danemark, il y a des maisons étonnantes aux toits en algues. Ces toits ont jusqu’à un mètre d’épaisseur et, comme ils pendent au-dessus des murs, la maison semble porter un manteau. En dehors de leur énorme taille, ils ressemblent beaucoup au chaume, mais les algues sont beaucoup plus durables. Certains ont plus de 300 ans et sont une caractéristique unique de l’île de Læsø.

maisons toit algues

La pratique de la construction de toits d’algues (en fait une herbe marine appelée zostère marine) remonte à l’époque où l’île avait une industrie florissante de sel. L’île était pratiquement trempée dans le sel. Les eaux souterraines avaient plus de 15% de sel, et durant les étés chauds et secs elles se cristallisaient naturellement dans de grandes prairies salées. Des centaines de fours à sel ont été construits pour raffiner le sel. Ils avaient besoin de carburant qui était fourni par les forêts limitées de l’île, jusqu’au jour où ils ont coupé le dernier arbre. Comme il ne restait plus de bois pour allumer les fours, l’industrie du sel de Læsø s’est effondrée. Comme il ne restait plus d’arbres pour briser le vent, les villages de Læsø ont été ensevelis sous des tempêtes de sable. L’air s’est empli de sel de mer et cela a inhibé la croissance de toutes sortes de plantes, même l’herbe.

maison toit algues

Mais Læsø avait beaucoup de zostère marine et de bois flotté. Les gens ont commencé à utiliser ce bois pour construire leurs maisons et la zostère a été utilisée pour le toit.

Læsø toit algue

La zostère pousse dans les mers de l’île de Læsø et était autrefois si abondante qu’elle s’est souvent échouée sur les rivages. Cette algue a de longues feuilles vertes en forme de ruban d’environ un centimètre de large et jusqu’à 2 mètres de long. Les agriculteurs les ramassaient sur la plage et, une fois séchées, elles étaient entassées et entortillées dans des cordes épaisses qui étaient ensuite tissées à travers les chevrons d’une maison pour former un toit. Traditionnellement, le tissage des algues était fait par les femmes de l’île. Jusqu’à cent femmes et jeunes filles participaient aux activités.

toit algue Læsø

Parce que les zostères marines sont imprégnées de sel, le toit ne se désintègre pas facilement et peut survivre pendant des centaines d’années. Au fur et à mesure que le toit vieillit, il se solidifie en une seule masse solide non seulement imperméable, mais aussi ignifuge et qui peut être piétinée sans causer de dommages. Il y a des siècles, les insulaires se tenaient régulièrement au sommet de leurs maisons avec un télescope, regardant à travers l’île plate et sans arbres pour voir si des navires étaient pris dans les tempêtes. Les épaves de ces navires étaient la seule source de bois à Læsø.

Læsø maison

Les toits sont aussi exceptionnellement lourds. Henning Johansen, qui fait revivre l’art du chaume des algues, estime qu’il faut 300 kg d’algues pour fabriquer 1 m2 de toiture.

maison Læsø

Dans les années 1920, une maladie fongique a détruit une grande partie de la zostère autour de l’île, causant un déclin de ce type de toiture sur l’île. À la fin du 18ème siècle il y avait 250 maisons et fermes couvertes d’algues, maintenant il y en a moins de 20.

maison algue Læsø

Aujourd’hui, l’île a été reboisée et les habitants ne peuvent plus voir la mer depuis leurs toits. Maintenant, beaucoup de maisons sont entourées d’arbres, les protégeant des vents chargés de sel. Cela permet à l’herbe et à d’autres plantes de s’enraciner facilement dans les toits d’algues, qui finissent par pourrir et doivent être enlevés.

Læsø toit algues Læsø maisons algue Læsø maisons algues

Sources : amusingplanet, Jörg-Dieter LanghansTomasz SienickiTrineBMBethGert PedersenKim O, Allan Jensen, Brian, Kenankocak2013, Europa Nostra.

activités familiales

Laisser un commentaire