Kayaköy : une ville fantôme grecque en Turquie

8 kilomètres au sud de la ville de Fethiye, au sud-ouest de la Turquie, se trouve les ruines d’environ cinq cents maisons appartenant à la communauté autrefois prospère de Livissi, composée majoritairement de chrétiens orthodoxes grecs. Livissi, maintenant connue sous le nom Kayaköy ou Rock Village, a été construite probablement au 18ème siècle sur le site de l’ancienne ville de Lebessus, et on pense qu’elle était le lieu où les habitants de l’île Byzantine de Gemiler ont fui pour échapper aux pirates en maraude. Après qu’un tremblement de terre dévastateur et qu’un incendie aient dévasté Fethiye, beaucoup se sont déplacés à Livissi et la ville a grandi. Au cours de son apogée, Livissi avait une population de 10 000 ou 20 000 habitants selon différentes sources.

kayakoy

Avant la première guerre mondiale, il y avait beaucoup de populations grecques vivant paisiblement dans l’ensemble de la Turquie occidentale. Mais quand la guerre a commencé, ces Grecs se trouvèrent soudain dans les terres de l’ennemi et à la merci des Ottomans. Plusieurs centaines de milliers de grecs ont été massacrés pendant la guerre dans le cadre de la purification ethnique menée par les Turcs. Certains ont fui vers la Grèce. D’autres ont été déportés de force.

kayakoy ville fantome

Les habitants de Livissi ont été chassés de leurs maisons et ont défilé à pied vers un autre emplacement à 220 km. Beaucoup ont péri, succombant de la faim et de la fatigue, au cours de ces marches de la mort.

ville fantome kayakoy

Après la défaite de la Turquie dans la guerre et l’effondrement de l’Empire ottoman, les Grecs ont décidé d’aller s’accaparer des terres et ont envahi la Turquie. Une guerre à grande échelle a suivie (le gréco-turque guerre) pendant trois ans, au cours de laquelle un nombre incalculable de crimes horribles ont été commis par les Grecs et les Turcs les uns contre les autres : meurtres, viols en masse, dépeçage, villes brûlées…

kayakoy

Finalement, un traité de paix a été signé en 1923, et les deux pays ont trouvé un accord pour échanger la population. Plus d’un million de chrétiens orthodoxes grecs vivant en Turquie devaient retourner en Grèce. De la même façon, environ 500 000 musulmans devaient quitter les territoires grecs et retourner en Turquie.

maisons kayakoy

Au moment où la guerre a pris fin, Livissi était plus ou moins abandonnée. Les quelques familles restantes ont été une nouvelle fois forcé de se déporter. Quand les Grecs sont partis, les déportés musulmans de Grèce ont débarqué à Livissi. Cependant, les musulmans, habitués à des grands champs fertiles dans leurs anciennes terres, ont trouvé cette ville vallonnée et rocailleuse inapte à vivre, et ont abandonné le lieu en faveur d’autres régions. En 1957, un séisme de magnitude 7,1 a touché Livissi, détruisant la plupart des bâtiments de la ville.

kayakoy

La ville de Livissi, maintenant renommée Kayaköy, reste déserte, mais préservée comme un musée et un monument historique. Malheureusement, le gouvernement turc mijote des plans pour transformer une partie de la ville historique en une attraction touristique avec des hôtels, des magasins et d’autres installations.

kayakoy

kayakoy-8

kayakoy-9

kayakoy-10

Sources et crédits photos : amusingplanet.com, Sarah Murray, Dany Sternfeld, Tania & Artur, Chris Parfitt, Sarah Murray, Dennis & Patty, Dennis & Patty, David Bacon, Dennis & Patty , Eric Sehr.

Enregistrer

Laisser un commentaire