Furriadroxiu et medau

Furriadroxiu et medau : habitations rurales de Sardaigne

Le furriadroxiu, qui dérive du mot sarde furriài (prendre sa retraite / vivre), est un établissement agro-pastoral unifamilial, typique de la structure foncière et agricole de Sulcis (Sardaigne) et des zones immédiatement adjacentes, en désuétude depuis la seconde moitié du 20ème siècle. Et avec le medau, qui est un ensemble de cellules d’habitation allant de 4 à 15 unités, il constitue un type d’habitat dispersé qui caractérise cette zone.

Né aux 18ème et 19ème siècles, le furriadroxiu a perdu son importance à partir de la seconde moitié du 20ème siècle, car absorbé dans le processus d’expansion des agglomérations urbaines ou abandonné dans le cadre du dépeuplement de la campagne ou transformée en une ferme de conception moderne, intégrée à l’agriculture de marché et à une structure socio-économique et infrastructurelle plus complexe et variée. Suite à cette évolution, le furriadroxiu est resté un élément structurel récurrent dans la culture et la mémoire historique, dans la toponymie territoriale et dans le paysage rural de Sulcis.

Furriadroxiu et medau

Le terme furriadroxiu (pluriel furriadroxius), également récurrent dans les variantes furiadroxiu, furriadroxu, furriadorgiu et furriadorzu, est une déclinaison qui associe le verbe furriài à un site physique, ce qui signifie “rentrer à la maison” et, sous une forme plus étendue, “revenir ou ramener “. Dans le sens répandu dans le sud-ouest de la Sardaigne, le terme se réfère à l’installation résidentielle stable de la famille paysanne étendue aux fonctions d’abri du bétail et des outils. Le même terme apparaît également dans d’autres régions de la Sardaigne, mais avec une signification différente et qui fait référence à la fonction d’abri des animaux. Par exemple, à Logudoro, le terme furriadorzu est identifié au sens de bergerie. Bien que connu dans la région, cependant, le terme furriadroxiu ou ses variantes n’apparaissent pas dans les toponymes en dehors du Sulcis, pas même dans les zones voisines telles que l’Iglesiente ou la plaine côtière ouest du Golfo degli Angeli.

Furriadroxiu
Furriadroxiu su Narboni mannu

Le terme medau (pluriel medaus) ou dans la variante madau, se réfère plutôt, dans le sud-ouest de la Sardaigne, à un établissement destiné à l’exercice du pastoralisme, utilisé comme maison temporaire associée à la transhumance, avec la fonction d’abri pour le troupeau et une usine de production de fromage. Le sens n’est pas exclusif aux Sulcis, car le mot medau est assez répandu dans les toponymes de zones vallonnées à faible densité de population, d’intérêt agricole ou forestier. Le mot dérive du latin metatum (“délimité”, “clôturé”) et ferait référence à une enceinte dans laquelle confiner le bétail revenant des pâturages.

Depuis le 18ème siècle, les medaus parsèment tout le territoire de Sulcis et en particulier celui de San Giovanni Suergiu, où il en reste encore une soixantaine. C’étaient de petites agglomérations (les plus grandes comptent une vingtaine de maisons ou un peu plus) dans lesquelles vivaient les familles qui travaillaient les terres environnantes ou faisaient paître leur bétail et portent souvent le nom de la famille principale ou qui sont d’abord venues y vivre. Un grand nombre de ces villages est aujourd’hui abandonné, pour de nombreuses raisons liées aux transformations des activités professionnelles dominantes et pour les inconvénients liés à l’éloignement d’un centre urbain.

medau en sardaigne
Medau Is Loccis Santus

Parmi les établissements anthropiques de Sulcis, il faut également mentionner le boddeu (pluriel boddeus), qui représente la transition entre le peuplement isolé, le furriadroxiu, et le village. Les boddeus, nés comme de petites agglomérations de furriadroxius intégrées par une chapelle ou une église rurale, sont les premiers centres urbains d’où dérivent la plupart des centres habités du territoire de Sulcis.

Caractéristiques de construction

D’un point de vue constructif, les éléments récurrents dans les agglomérations éparses de Sulcis sont au nombre de deux : l’utilisation des matériaux disponibles dans la zone et l’utilisation de solutions techniques relativement simples. Les détails des types de construction varient au sein d’un territoire à géologie hétérogène, mais le dénominateur commun est représenté par l’utilisation de matériaux disponibles dans le milieu naturel : argile et sable, pierre volcanique (lave et pyroclastique), calcaire, pierre de granit ou schiste, bois de genévrier, roseau commun, etc. L’autre aspect, la simplicité constructive, doit être lié au manque, sur le territoire, d’artisanat capable de satisfaire une demande de construction. Les matériaux étaient donc travaillés sur place, mis en place et mis en service grâce à la simplicité des solutions adoptées et à la culture acquise, à travers des siècles de traditions, dans d’autres régions de Sardaigne.

Furriadroxiu

Les murs des furriadroxius et des medaus

Dans diverses régions de la Sardaigne, le matériau de maçonnerie utilisé localement était étroitement associé à la nature géologique et pédologique du territoire. Sur le territoire du Sulcis, en revanche, l’hétérogénéité du territoire a été transférée au choix des matériaux de maçonnerie, déterminant la présence de solutions variables également sur le territoire. Ces solutions peuvent être résumées en deux variantes (les 2 variantes coexistent localement) :

  • murs en pierre (pierre)
  • murs en briques de terre crue (ladiri)

Le mur en ladiri (briques de terre crue) est présent sur tout le territoire, sans atteindre une présence exclusive comme dans de nombreuses villes historiques de la plaine du Cixerri et du Campidano. Voir mon article sur les maisons en terre crue de Sardaigne !

mur en ladiri
Ruine avec maçonnerie en ladiri

Le mur de pierre, quant à lui, présente une hétérogénéité considérable en fonction du matériau disponible dans la zone. Outre les propriétés mécaniques spécifiques de type lithologique, l’aptitude au traitement revêtait également une importance particulière, par rapport à la possibilité de réaliser des blocs de dimensions plus ou moins régulières (pierres de taille). La pierre disponible à Sulcis était attribuable à quatre catégories de base :

  • Schiste argileux : en raison de ses propriétés, c’est une pierre qui s’écaille facilement et ne convient pas très bien comme matériau exclusif pour la maçonnerie et son utilisation dans certaines zones du Sulcis a été limitée principalement à certaines utilisations. La pierre est répandue dans les affleurements de la formation Nebida et son utilisation était particulièrement fréquente dans les abris et les murs de pierres sèches des territoires de Teulada et Santadi.
  • Calcaire : le calcaire a une apparence et des propriétés mécaniques variables selon le site d’extraction, mais en général c’est une pierre modélisable, adaptée à la création de segments de forme plus ou moins régulière. Il est disponible dans les zones touchées par la formation de Gonnesa, en particulier dans le secteur nord de la sous-région, et est sporadiquement utilisé dans plusieurs centres.
  • Pierre volcanique : adaptée pour être modélisée en blocs plus ou moins réguliers, la pierre volcanique présente d’excellentes propriétés mécaniques en terme de résistance. Pour ces prérogatives et pour la large disponibilité dans le secteur ouest et central, ces pierres ont eu une large utilisation dans diverses parties du Sulcis, à l’exception du territoire de Teuladine.
  • Pierre granitoïde : communément appelé “granit”, on le trouve dans certaines zones du territoire de Teuladine et dans les zones montagneuses du territoire de Santadi, dans les affleurements alternant avec les formations Nebida et Cabitza. Contrairement aux roches granitiques des régions du centre et du nord de la Sardaigne, le granit du Sulcis n’est pas très résistant et est sujet à l’écaillage, donc peu adapté comme matériau de maçonnerie. En raison de ces caractéristiques et de l’éloignement des formations granitiques des zones à plus forte densité de population, cette pierre a eu une utilisation marginale. Cependant, il est présent dans la maçonnerie mixte, en particulier dans les furriadroxius et les medaus situés dans le secteur sud-est de Sulcis, principalement dans le territoire de Teuladine.

Contrairement à la maçonnerie en terre crue, qui présente une homogénéité de structure substantielle sur le territoire, celle en pierre est extrêmement variable compte tenu de la variété des matériaux disponibles selon la zone.

Furriadroxiu et medau

La maçonnerie la plus ancienne et la plus simple consistait à utiliser des pierres de différents types et formes, généralement de taille modeste et sans arêtes vives. Les pierres étaient placées de manière irrégulière, sans ordre prédéfini, en remplissant les espaces vides avec des pierres plus petites et en liant le tout avec du mortier de terre ou de chaux.

L’avenir des furriadroxius et des medaus

Dans la seconde moitié du 20ème siècle, les établissements dispersés de Sulcis ont connu des destins différents en raison des multiples contextes socio-économiques qui se sont produits sur le territoire. Tout en conservant une forte identité physique et structurelle, Sulcis est pleinement intégré à la région. La croissance des principaux centres habités et de nombreux hameaux leur a fait perdre la physionomie originelle du boddeus et de nombreux établissements dispersés ont été absorbés dans le processus d’urbanisation du territoire. Dans ce cas, les structures du bâtiment ont subi des extensions, des rénovations, des reconstructions, perdant en partie ou complètement la connotation d’origine, tout en conservant souvent certains éléments de construction fondamentaux.

Dans la plupart des établissements qui ont conservé la caractéristique de dispersion et d’isolement, les caractéristiques d’origine sont souvent clairement visibles, voire presque intactes. Dans ce cas, les anciens bâtiments ont été abandonnés ou utilisés dans des conditions marginales, ou font partie d’un ensemble résidentiel qui s’est agrandi suite à la construction de nouveaux bâtiments adjacents. Du point de vue socio-économique, il existe une vaste série de cas qui envisagent des fractionnements, des ventes, des modifications de l’usage prévu, etc. Pour les structures qui sont intégrées dans des zones à forte vocation agronomique ou zootechnique, l’ancien furriadroxiu est intégré au sein d’une entreprise, devenant souvent un complexe de bâtiments destinés à un usage instrumental.

Les furriadroxius et les medaus situés près des côtes ont souvent subi de réels changements de destination, restant souvent impliquées dans le processus d’urbanisation des côtes. Dans ce cas, ils ont souvent subi des rénovations et des modifications de l’utilisation prévue et sont entrés dans le circuit de construction touristique, mais il y a des cas dans lesquels l’ancien établissement coexiste avec la nouvelle connotation touristique et récréative tout en conservant son identité et ses conditions anciennes de marginalité, comme sur les côtes sud surplombant le golfe de Teulada. Un exemple emblématique de cette réalité est représenté par le territoire de Malfatano, une zone complètement isolée et presque totalement dépourvue d’infrastructures, dans laquelle se répartit une petite population dispersée, souvent composée de noyaux unifamiliaux de personnes âgées, qui vivent ensemble.

Furriadroxiu rénové

Sources : Wikipedia, Domu’e Paxi, Monumentiaperti.

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor