Pétra : comment une ancienne civilisation a prospéré dans le désert désolé d’Arabie il y a 2000 ans

Il suffit de passer quelques heures d’été à Pétra pour sentir à quel point le désert arabe est impitoyable, mais il y a près de 2000 ans, un peuple doué qui a fait de la ville sa capitale est devenu l’une des civilisations les plus riches du monde antique. L’histoire de la façon dont les Nabatéens maîtrisent la vie dans le désert débute avec la demande insatiable de l’Égypte, de Rome et de Grèce pour l’encens parfumé, la myrrhe et d’autres marchandises échangées sur la Route de l’Encens et la compréhension sophistiquée des Nabatéens.

batiments désert jordanie

Selon les panneaux d’informations du centre d’accueil de Pétra, les Nabatéens ont commencé à contrôler l’approvisionnement en eau à travers le désert d’Arabie vers 300 avant d’établir leur capitale à ce qui était alors connu sous le nom de Raqmu. Aujourd’hui, le sud de la Jordanie reçoit environ 10 centimètres de pluie chaque année. Peuple arabe, les Nabatéens cachaient des citernes d’eau dans tout le désert, leur permettant, s’ils étaient attaqués par exemple, de se réfugier profondément dans un territoire par ailleurs redoutable. Au fur et à mesure que leur nombre augmentait et qu’ils devenaient plus sédentaires, les Nabatéens travaillaient avec le paysage, utilisant les inclinaisons, les oueds et les sources à leur meilleur avantage pour construire une ville capable de subvenir aux besoins de 20 000 personnes.

désert jordanie

À l’intérieur de Pétra, les prouesses techniques des Nabatéens sont toujours exposées. En marchant à travers le Siq, une gorge étroite de deux kilomètres qui était l’entrée officielle de la ville d’origine, on peut encore voir des canaux de chaque côté des murs rocheux qui canalisent la pluie et l’eau de source à divers points de la ville. Les citernes et les réservoirs étaient revêtus de ciment étanche afin d’atténuer les fuites et d’optimiser la pureté de l’eau. « Leurs connaissances en ingénierie hydraulique s’étendent à la compréhension de la géométrie du débit et de la pression », selon le centre d’information de Petra, « et utilisent des inclinaisons pour minimiser les fuites et les dommages aux tuyaux et maintenir un approvisionnement en eau constant tout au long de l’année ».

batiments désert jordanie

La ville possédait 5 aqueducs majeurs. L’aqueduc du Siq transférait l’eau d’une source dans le Wadi Musa à Qasar al Bint. Un barrage et un tunnel à l’entrée du Siq détournent les eaux de crue (les inondations soudaines sont fréquentes dans la région), assurant la sécurité des résidents et empêchant le gaspillage d’une seule goutte d’eau. Peut-être le symbole le plus significatif de la gestion supérieure de l’eau des Nabatéens est une grande fontaine d’eau dans le centre de la ville appelée Nymphaeum. Nommé d’après les esprits féminins de la nature populaires dans la mythologie classique, le Nymphaeum reflétait des structures gréco-romaines similaires : luxe énorme dans un désert. La fontaine fournissait de l’eau potable et servait aussi de lieu de rendez-vous pour la communauté.

briques de boue

Avoir le contrôle de l’eau signifiait également que les Nabatéens pouvaient contrôler leur approvisionnement alimentaire. En plus de pouvoir s’occuper du bétail, ils construisaient des terrasses dans les collines, ce qui diminuait le ruissellement et empêchait l’érosion. Ils cultivaient des olives, des figues, des dattes, des grenades et des céréales, et au moins 40 pressoirs Nabatéens taillés dans la roche, découverts dans tout le royaume, laissaient entrevoir l’ampleur de la production de raisin et de vin. Après avoir utilisé leurs connaissances pour développer des douzaines d’oasis pour les commerçants de la prodigieuse route qui s’étend d’Arabie Saoudite à Gaza, qu’ils contrôlaient à travers un système de taxes et de péages, les Nabatéens ont pu concentrer leur attention sur les arts : un indicateur clé d’une communauté riche.

source désert jordanie

Un bédouin recueille l’eau d’une source naturelle sur le flanc d’une falaise dans le Wadi Rum

« Ils aimaient les belles choses, comme en témoignent les façades de tombes sculptées de divers styles architecturaux. Plusieurs centaines de tombes, de maisons, de salles de banquets, d’autels et de niches ont été taillées dans la roche, en plus de la construction d’un certain nombre de temples autonomes, de maisons et d’autres éléments. Les Nabatéens ont également produit de belles poteries et peint de belles fresques, dont très peu subsiste malheureusement.

brique de boue

Source : inhabitat.com

Laisser un commentaire