Les maisons semi-souterraines traditionnelles de Roumanie

La région Romanaţi, au sud de la Roumanie, a abrité des maisons semi-souterraines roumaines jusqu’au 20ème siècle, un type de logement archaïque, identifié pour la première fois au Néolithique dans toute l’Europe. La perpétuation de ce type de constructions est le résultat de conditions sociales et historiques difficiles dues aux fréquentes invasions turques, à la destruction et à l’incendie des colonies.

Ce système constructif particulier, nommé Bordeiul en roumain, offrait une double protection, tant pour les facteurs climatiques (hivers froids, étés chauds), que pour les raids turcs fréquents. Il est à noter que même les églises de cette région étaient construites de manière similaire afin d’être discrètes.

maisons semi-souterraines Roumanie

Ce type de logement archaïque comporte d’autres techniques constructives anciennes de maisons semi-souterraines : la fondation creusée avec l’isolation hydrotechnique de bois brûlé, avec une doublure massive de planches de chêne pour former les murs. Parfois, les murs des côtés étroits de la maison (ainsi que les murs qui séparent les pièces) étaient faits de briques. Les piliers étaient fixés sur l’axe longitudinal de la maison, qui soutiennent le faisceau principal soutenu par des poteaux. L’armature de toit est soutenue par des moitiés de tronc d’arbre et est visible de l’intérieur des pièces. La couverture de toit est faite de superpositions successives de canne, de paille et d’argile.

Maison semi-souterraine de Castranova, département de Dolj, 19ème siècle

Ce cottage du village de Castranova a été transféré au musée du village roumain à Bucarest en 1949. Construit vers le milieu du 19ème siècle, le refuge est une représentation de la différenciation sociale entre les gens de la classe paysanne. Le plan de la maison dispose de 4 pièces : l’entrée en pente (roumain : « gârlici »), la salle de feu, le salon, la cave. En tant que construction, la maison est construite avec des murs longitudinaux faits de lourdes planches de chêne pour couvrir la fosse, excavés et isolés avec du bois brûlé. Les murs transversaux sont faits de briques, avec 4 piliers pour soutenir le faisceau principal. Le toit à double toit en bois de chêne sculpté à la hache (roumain: « mârtaci ») a été recouvert de canne, de paille et d’argile. L’entrée étroite et inclinée à l’intérieur de la fosse est flanquée de deux coins sculptés en forme de tête de cheval. Au bas de la pente d’entrée, il y a la pièce chaude (la pièce de feu) avec un foyer sur le côté droit avec de la fumée qui s’échappe d’une large cheminée.

maisons semi-souterraines Roumanie

La pièce chaude avec le feu mène vers la cave (l’unité de stockage pour la nourriture, approvisionné avec des barils, des caisses et des hangars) et le salon. Dans le salon il y a une fausse cheminée (alimentée par une goulotte dans la « pièce chaude ») et divers meubles régionaux (coffres, étagères). Les tissus traditionnels (tapis de laine et tapis décorés de motifs zoomorphes, anthropomorphes, géométriques et floraux) ornent chaudement l’intérieur d’un magnifique panache régional.

maisons semi-souterraines Roumanie

Maison semi-souterraine de Drăghiceni, comté d’Olt, 19ème siècle

Le village de Drăghiceni est situé dans la zone centrale de la plaine de Romanaţi, à 4 km à l’ouest de la ville de Caracal. Semblable à la plupart des villages dans la plaine, Drăghiceni est de structure compacte. Les habitants du village sont engagés dans des activités traditionnelles telles que l’agriculture, la culture du raisin et l’élevage.

Un climat de steppe rude, conjugué à des conditions sociales et historiques spécifiques, a entraîné jusqu’au 19ème siècle la perpétuation de constructions semi-enterrées, un style de logement typique de la période néolithique.

maisons semi-souterraines Roumanie

La maison semi-souterraine de Drăghiceni a été construite vers 1800 et a été transférée dans les locaux du musée du village roumain à Bucarest en 1949. Elle est délimitée en trois espaces fonctionnels : l’entrée en pente (roumain: « gârlici »), l’équivalent d’un porche pour les maisons de surface, la salle de feu (roumain : « oceag ») qui dispose d’une cheminée et le salon, chauffé par la cheminée à double face.

maisons semi-souterraines Roumanie

activités familiales

Laisser un commentaire