Les maisons du peuple Ayoreo

Les Ayoreo sont un peuple indigène du Gran Chaco. Ils vivent dans une région entourée par le Paraguay, Pilcomayo, Parapetí et Grande Rivers, s’étendant de la Bolivie au Paraguay. Il y a environ 5 600 personnes Ayoreo au total. Environ 3 000 personnes vivent en Bolivie et 2 600 vivent au Paraguay. Traditionnellement, les chasseurs-cueilleurs nomades, la majorité de la population a été sédentarisée par les missionnaires au vingtième siècle. Les quelques Ayoreo isolés restants sont menacés par la déforestation et la perte de territoire.

Un groupe local Ayoreo (gagé) établit un camp semi-permanent (gidái) près d’un ruisseau pendant la saison de plantation. Le camp est composé d’environ six maisons en forme de dôme arrangées plus ou moins en cercle. Chaque maison abrite jusqu’à dix occupants.

maison ayoreo

Parmi les différents sous-groupes Ayoreo, les plus isolés sont les Totobiegosode (« les gens du lieu des cochons sauvages »). Depuis 1969, beaucoup ont été forcés de sortir de la forêt, mais d’autres évitent encore tout contact avec des étrangers. Les Totobiegosode vivent en petites communautés. Ils font pousser des courges, des haricots et des melons dans le sol sablonneux et chassent dans la forêt. Les tortues et les cochons sauvages sont très appréciés, tout comme le miel sauvage abondant. Dans la forêt, quatre ou cinq familles vivront ensemble dans une maison commune. Un pilier central en bois soutient une structure en forme de dôme de branches plus petites, surmontée de boue séchée. Chaque famille aura son propre foyer autour de cette maison; Les gens ne dorment à l’intérieur que s’il pleut.

maison typique ayoreo

Une maison abandonnée dans le Chaco paraguayen appartenant à des Indiens isolés Ayoreo-Totobiegosode

Les Ayoreo qui vivent maintenant dans des communautés établies vivent dans des huttes familiales individuelles. Ceux qui ont perdu leurs terres ont maintenant peu d’autre choix que de travailler comme ouvriers exploités dans les ranchs de bétail qui ont repris une grande partie de leur territoire.

Crédits photos : survivalinternational, pueblosoriginarios,

Laisser un commentaire