maisons en brique madagascar

Les maisons en brique de Madasgascar

Dans les hautes terres centrales, les luttes de pouvoir entre les principautés Merina et Vazimba (et plus tard interne aux principautés Merina) au cours des siècles ont inspiré le développement de la ville fortifiée d’Imerina, la région centrale des Hautes Terres de Madagascar. La 1ère d’entre elles, l’ancienne capitale Imerina Alasora, a été fortifiée par le roi Andriamanelo, qui a entouré la ville d’épais murs de cob (fabriqués à partir de boue et de tiges de riz secs) et de tranchées profondes pour protéger les habitations à l’intérieur. L’entrée par le mur de la ville était protégée par un énorme disque de pierre (vavahady) de 1,5 mètres de diamètre ou plus ombragé par des figuiers symboliques de la royauté. La porte de la ville était ouverte par le roulement laborieux du “vavahady” loin de l’entrée tous les matins et était remis en place de nouveau le soir, une tâche qui nécessitait une équipe de plusieurs hommes pour y parvenir. Ce modèle fortifié de ville a été adopté dans tout l’Imerina et est bien représenté dans le village historique d’Ambohimanga. Découvrir toutes les maisons à Madagascar.

maison en terre madagascar

Influences étrangères

Le missionnaire protestant James Cameron de la London Missionary Society aurait été le premier à Madagascar à démontrer comment les matériaux de construction locaux pouvaient être utilisés pour créer des briques séchées au soleil en 1826. En 1831, Jean Laborde a introduit des tuiles de briques qui ont rapidement commencé à remplacer la tige de riz à Antananarivo et dans les environs, et diffusé la technique d’utilisation d’un four pour faire cuire des briques.

briques en terre crue madagascar

En 1819, Louis Gros a conçu le Tranovola pour Radama I dans le complexe de Rova, en introduisant la terrasse enveloppante soutenue par des colonnes extérieures. Jean Laborde a conçu le Palais de la Reine dans le Rova (construit entre 1839 et 1841) en utilisant ce même modèle sur une échelle encore plus grande en agrandissant le bâtiment et en ajoutant une terrasse au troisième étage. Les nouveaux bâtiments en bois construits par Gros et Laborde ont transformé le tandrotrano des foyers aristocratiques traditionnels de Merina avec un poteau découpé décoratif posé à chaque extrémité du pic de pignon.

maison briques madagascar
Maison en brique avec arches et lucarnes inspirées du Palais de la Reine à Antananarivo

Innovations locales

En 1867, les restrictions ont été assouplies sur l’utilisation de la pierre et de la brique par l’aristocratie comme matériaux de construction, avant que toutes les restrictions sur la construction soient abolies en 1869 par la reine Ranavalona II qui avait déjà commandé à Jean Laborde en 1860 d’envelopper l’extérieur de son palais de bois dans le Rova en pierre. Le bâtiment a pris sa forme finale en 1872 après que James Cameron ait ajouté des tours en pierre à chaque coin du palais. La reine s’est convertie au christianisme en 1869 et cette même année, la London Missionary Society a commandé à James Cameron de construire une maison privée pour ses missionnaires. Il s’est inspiré des travaux de Gros et de Laborde pour développer une maison en bois à plusieurs étages avec terrasse et colonnes. Ce modèle a explosé en popularité partout dans Antananarivo et dans les régions environnantes comme modèle architectural pour l’aristocratie. Ces maisons de brique nouvellement créées abritaient souvent des terrasses sculptées minutieusement. Ces maisons peuvent naturellement varier en couleur, du rouge profond au presque blanc en fonction des caractéristiques de la terre utilisée dans sa construction.

maison en briques à madagascar
Maisons typiques en briques avec colonnes et terrasse orientée ouest, près d’Antananarivo

Au fil du temps, et surtout avec la colonisation de Madagascar par les Français, ces maisons en briques de terre (connues sous le nom de trano gasy : “maison malgache”) ont connu une évolution constante. La forme la plus simple de la maison en terre est d’un étage de haut, rectangulaire, et comporte un toit de chaume avec des auvents légèrement surplombants pour diriger la pluie loin de la fondation et empêcher ainsi son érosion. Les familles plus riches remplacent le chaume par des tuiles en terre cuite et construisent une terrasse sur la face ouest du bâtiment, soutenue par quatre colonnes équidistantes. Cette conception est encore plus efficace pour protéger les fondations du bâtiment de l’érosion des effets des précipitations. Une extension supplémentaire implique souvent la construction d’une terrasse ouverte sur la face est du bâtiment, et ainsi de suite, conduisant à des terrasses et vérandas enveloppantes, à la connexion de deux bâtiments séparés avec un passage couvert, à l’incorporation de grilles en fer forgé ou de panneaux de verre, à l’application de béton peint sur la surface de la brique et d’autres innovations. Dans les banlieues et les zones rurales, le rez-de-chaussée du trano gasy est souvent réservé comme enclos pour le bétail, tandis que la famille habite les étages supérieurs. L’entrée est orientée vers l’ouest; La cuisine est souvent au sud, tandis que la famille dort dans la partie nord de l’immeuble. Cette configuration est cohérente avec celle observée dans les maisons traditionnelles en bois des Zafimaniry et reflète la cosmologie traditionnelle.

maisons en brique madagascar
Trano gazy : dans les zones rurales, les maisons en brique simplifiées conservent les deux étages mais peuvent perdre la terrasse et les colonnes de support

trano gasy

Les constructions mixtes de Madagascar

Du côté est de Madagascar, il n’y a quasiment aucune zone de transition entre les maisons en terre des Hautes Terres et les maisons en matériel végétal des régions côtières. Cependant, dans les vastes étendues peu peuplées entre les Hautes Terres et les zones côtières de l’ouest, les habitants utilisent les matériaux disponibles localement pour construire des habitations qui présentent des caractéristiques des deux régions. Le plus souvent, les maisons sont petites (une pièce et sans étage ou un seul) et construites à partir d’un squelette de bâtons disposés horizontalement apposé sur le cadre de la maison en bois comme illustré sur la première photo ci-dessous. Mais à la différence des maisons côtières où ce squelette de bâton sert de base pour fixer des matériaux naturels pour former des murs, de la terre peut-être utilisée pour remplir le cadre. Le toit est couvert de chaume pour compléter l’habitation. Ces maisons intermédiaires sont aussi souvent distinguées par la présence de colonnes en bois de style Hautes Terres raccourcies sur la face ouest pour soutenir l’avant-toit allongé du toit en pente, tout comme ils soutiennent les terrasses des plus grandes maisons d’Imerina. Le sol est typiquement en terre et peut être recouvert de tapis tissés d’herbes ou de raphia.

maison bois madagascar

maison traditionnelle madagascar

Sources et crédits photos : wikiwand.com, africavernaculararchitecture.com.

Enregistrer

ARTICLES SIMILAIRES :

Ajouter un commentaire

chasses au trésor