Les maisons des amérindiens de Californie

Les Amérindiens de Californie vivaient dans la vallée centrale californienne, entre la côte pacifique et la Sierra Nevada. Les différents types de maisons et d’abris des amérindiens de Californie dépendaient des matériaux à disposition et du fait que la maison soit permanente ou temporaire. Des maisons d’herbe étaient construites près des zones océaniques, des huttes d’écorce de cèdre dans des zones forestières. Les tribus des zones forestières du Nord-Ouest, telles que les Yurok, les Karok et les Hupa, vivaient dans des maisons de cèdre ou de séquoias. Les tribus de la Californie centrale, telles que les Maidu et les Miwok, vivaient dans des habitations semi-souterraines ou faites de terre.

Les maisons des Amérindiens Miwok

Les Miwok de Californie vivaient dans de petits villages, dans des maisons construites avec les ressources dont ils disposaient. En été, la tribu semi-nomade californienne Miwok vivait dans des abris provisoires en écorce de cèdre, coniques et temporaires, construits avec plusieurs poteaux noués, recouverts d’écorce et de bâtons sur le cadre. Les Miwok de l’intérieur vivaient également dans des abris temporaires, ou abris en écorce de cèdre, faits d’écorce recouvrant une structure de branches.

habitation Miwok

Les maisons d’hiver plus permanentes des Miwok étaient semi-souterraines et construites à une profondeur maximale de 4,5 mètres. La maison sous-terraine californien des Miwok était construit en terre et recouverte d’un toit en pente entièrement recouvert de terre. Les maisons d’hiver avaient un foyer central et un trou pour permettre à la fumée de s’échapper, mais aussi pour laisser entrer la lumière et l’air.

habitation amérindiens californie

Les Miwok avaient beaucoup de choix de ressources naturelles pour construire leurs maisons. Ils tiraient leurs ressources de ces régions : forêt côtière nord, forêt de conifères, prairie alpine, forêt de chênes et prairies. Ils avaient des poteaux de saule (pour tenir les maisons), des broussailles, du roseau tulé, des dalles d’écorce, des nattes tissées et de l’herbe. Le roseau de Tule était utilisé pour attacher des matériaux ensemble. Voici comment ils construisaient les maisons d’hiver : ils creusaient d’abord un trou rond peu profond. Ensuite, ils posaient des bâtons de saule autour du trou, puis ils tissaient des plantes ou de la tule. Finalement ils recouvraient le tout de tule ou d’écorce.

Les maisons des Amérindiens Chumash

Chacune des maisons des Indiens Chumash se ressemblait beaucoup et était très traditionnelle. Elles ressemblaient à un dôme miniature, alignés les uns contre les autres. Les maisons Chumash avaient un grand toit en forme de tête de champignon. La partie inférieure était très ronde comme le fond d’un champignon. On pouvait clairement reconnaître un village Chumash de loin à la forme des maisons.

habitation amérindiens californie

La maison des Chumash était appelée « ap. » Cet abri avait la forme d’un chapeau de champigon et formait un cercle avec des perches de saule pliées au sommet pour former un dôme, et de petites branches étaient attachées en croix. L’extérieur était recouvert de couches de scirpes ou de quenouilles se chevauchant comme des bardeaux sur un toit. Un trou au sommet du dôme était fait pour permettre la circulation de l’air. Le trou était couvert d’une peau quand il pleuvait. Les maisons avaient un diamètre de 3 à 6 mètres.

maison chumash

Les Chumash utilisaient beaucoup de matériaux et de composants pour leurs maisons afin qu’elles soient soient solides et ne tombent pas facilement par mauvais temps. Ils utilisaient beaucoup de ressources naturelles pour leurs maisons, comme les séquoias et les cèdres. Ces maisons étaient également construites en os de baleine.

habitations amérindiens californie

Les maisons du peuple Chumash étaient en fait assez énormes. Cela signifie que beaucoup de personnes pouvaient vivre dans chaque maison. Les plus grandes maisons des Amérindiens Chumash pouvaient accueillir jusqu’à 50 personnes. Ils pouvaient donc accueillir beaucoup de personnes dans chaque village Chumash. Cela pouvait également signifier que la population de chaque village était vraiment importante si vous considérez qu’ils peuvent héberger autant de personnes dans un seul refuge.

habitation Chumash

Les Chumash, comme les tribus typiques du passé, construisaient leurs maisons près de ressources naturelles telles que l’eau. Les villages Chumash étaient généralement situés le long des rivières, des ruisseaux et des sources. Cela leur permettait d’obtenir de l’eau sans effort, de pêcher et de faire du canoë. Dans chaque village Chumash, une centaine de maisons étaient construites. Ces maisons étaient construites très proches les unes des autres afin que chaque voisin puisse se parler à des distances plus proches.

Les maisons des Amérindiens Tongva / Gabrielino

Les maisons du peuple amérindien Tongva étaient construites en plaçant les poteaux debout en cercle et en les pliant pour qu’ils se rejoignent au milieu. La structure des poteaux était recouverte de bottes de roseaux ou de fougères, ou de nattes tissées à partir de tules. Certaines maisons Tongva étaient assez grandes pour accueillir 50 ou 60 personnes, trois ou quatre familles partageant un espace de vie.

habitation tongva

Le village Tongva avait également une « sweathouse » où les hommes se rencontraient pour parler et transpirer. La sweathouse était ronde, construite au ras du sol et couverte de broussailles et de terre.

Les maisons des Amérindiens Mojave

Les Indiens Mojave avaient des maisons uniques. En été, quand il faisait plus chaud, les Mojave dormaient et vivaient dans des abris ouverts en broussailles. Ces maisons s’appelaient des « ramadas ». Les ramadas avaient des cadres faits de bâtons de peuplier. Sur le dessus du cadre, ils plaçaient des branches d’épilobe pour rendre le toit plat. Ils ouvraient la maison pour que la brise puisse les rafraîchir pendant la chaleur estivale. Les Mojave mettaient également de la terre autour des maisons d’été pour les garder fraîches.

maisons amérindiens

En hiver, quand le temps était froid, les Mojave vivaient dans des maisons rectangulaires aux toits en pente. Ils construisaient leurs maisons d’hiver dans une petite fosse rectangulaire. Ils plaçaient un poteau dans chaque coin de la fosse. Les murs étaient en rondins et ils attachaient des branches d’épilobe à la structure du mur. Ils attachaient également des nattes sur le toit avec de la fibre végétale. Les murs des maisons étaient recouverts d’herbe et de boue pour les rendre plus épais et garder la chaleur. Le sol était recouvert de sable. Les deux maisons avaient un foyer au milieu. Les Mojave changeaient leurs maisons pour se protéger du dur climat désertique.

Les maisons des Amérindiens Murok

D’abord, les Yurok trouvaient un endroit approprié pour construire leur maison, près de la rivière Klamath ou de tout autre fleuve ou lac. Parfois, ils vivaient près d’un lagon ou de l’océan. Ils vivaient près de n’importe quelle source de poisson ou de saumon, car leur nourriture principale était le saumon. Ensuite, ils trouvaient les ressources pour construire les maisons. Ils ramassaient du bois de séquoia ou de cèdre et des plantes. Ensuite, les Yurok fendaient le bois en planches et creusaient une fosse de plusieurs mètres. Après avoir creusé la fosse, ils nouaient les planches de bois avec les plantes.

habitation Yurok

Les maisons Yurok étaient construites avec un toit en pente afin d’évacuer les eaux de pluie du toit. Les maisons étaient grandes, robustes et très confortables. Une maison typique Yurok avait une cheminée et une étagère contenant tout ce dont ils avaient besoin. Sur l’étagère, il y avait des ustensiles, des paniers et de la nourriture.

maison Yurok

Sources et crédits photos : miwokindians, tes.com, theamericanhistory, yelp.com, factcards.califa, kaytephoto.photoshelter, californiaindianshistory, californiaindianshistory.

Booking.com
Tags:

Laisser un commentaire