Maisons traditionnelles maories en Nouvelle-Zélande

Les premières habitations connues construites par les ancêtres des Maoris étaient des adaptations des maisons qu’ils avaient connues dans leurs anciennes patries en Polynésie. Les maisons de leur nouveau pays n’étaient que semi-permanentes parce que les occupants se déplaçaient fréquemment à la recherche de nourriture et d’autres fournitures. Les maisons traditionnelles maories étaient souvent construites en groupes de 10 ou plus, bien que chaque maison fût occupée par un seul groupe familial. Les maisons pouvaient être rondes, rectangulaires ou ovales. Elles avaient un cadre en bois couvert de roseaux comme le raupō (scirpe), le toetoe ou les feuilles de palmier nīkau, et parfois d’autres matériaux comme l’écorce. Les planchers de terre étaient couverts de nattes de lin résistantes, et les seuls meubles étaient des lits faits de nattes plus fines.

maison maori

La peinture ci-dessous montre l’intérieur d’un kāinga (village) maori situé dans bassin de la Reine-Charlotte au début des années 1780. Il montre l’utilisation de bois et de chaume dans la construction du wharepuni (maison de sommeil) et présente des bâtiments de différentes tailles. Les grandes habitations signalaient souvent un statut social plus élevé; celui de gauche peut avoir été occupé par un chef et sa famille.

maisons traditionnelles maori nouvelle zelande

La photo ci-dessous montre un kāinga (village) à Kaiwhaiki, sur les rives de la rivière Whanganui. L’image a été capturée par un soldat colonial pendant les guerres des années 1860 entre les Maoris et les forces coloniales. L’absence de résidents suggère que le village avait été abandonné avant l’arrivée de sa troupe. À l’arrière-plan se trouve un wharenui (maison de réunion) et un pātaka surélevé (entrepôt).

maisons traditionnelles maori

Les maisons traditionnelles maories avaient plusieurs caractéristiques conçues pour garder les occupants au chaud, car le climat de la Nouvelle-Zélande était considérablement plus froid que celui du Pacifique Sud. Les maisons étaient petites. Elles avaient une porte basse et peu ou pas d’ouvertures pour les rendre plus faciles à chauffer. Elles étaient souvent construites en partie sous le niveau du sol, ou avaient de la terre entassée contre les murs extérieurs pour fournir une isolation. Une cheminée intérieure était utilisée pour le chauffage, tandis que la cuisine se déroulait dans un bâtiment séparé. Une simple ouverture près du toit permettait à la fumée de s’échapper.

maisons traditionnelles maorimaison maori

Wharepuni

Vers le 15ème siècle, alors que les communautés devenaient plus grandes et plus peuplées, des bâtiments plus sophistiqués sont apparus. Ceux-ci comprenaient la structure appelée ‘wharepuni’ (maison de sommeil), dans laquelle plusieurs familles pouvaient être hébergées chaque nuit. Le wharepuni était généralement sans fioritures, sauf s’il appartenait à un chef de communauté, dont le mana (prestige) pouvait être démontré par une coupe sculptée (porte linteau), tekoteko (figure) ou poutokomanawa (poteau de soutien). Le wharepuni a un porche avant comme une zone de modération entre l’intérieur enfumé, sombre et le monde extérieur. Ce porche n’existe pas dans d’autres maisons du Pacifique Sud et était une adaptation maori au climat.

wharepuni

Le wharepuni traditionnel avait une proportion de longueur à la largeur de 1,5 à 2. Les toits étaient à pignon. Certains avaient un porche (whakamahau) et un foyer intérieur. Les portes (Kūwaha) étaient basses et certaines avaient une fenêtre (matapihi) d’autres pas. La plupart ont été construits en bois, raupō (jonc), ponga (fougère arborescente) et kiri (écorce) avec un toit de chaume. Ils avaient de la terre contre les murs et certains avaient des toits en terre. Les planchers de terre étaient enfoncés. Il y avait un seul espace à l’intérieur avec un passage central et un foyer; endroits de couchage alignés de chaque côté. Un wharepuni plus petit n’avait pas de passage central. Le porche était un espace de travail et social, un endroit pour recevoir des visiteurs et participer à des activités qui étaient interdites à l’intérieur, comme manger.

wharepuni nouvelle zelande

Un deuxième type de wharepuni était construit sans murs mis à la terre. Ceux-ci étaient fabriqués avec des matériaux moins durables tels que le raupō et le kiri, et sont devenus plus populaires après l’arrivée des Européens. Le wharepuni Mākōtukutuku à Te Papa Tongarewa, le musée national néo-zélandais, est une reconstruction d’un design du 16ème siècle et a été construit par Ngāti Hinewaka.

wharepuni nouvelle zelande

Pātaka

D’autres bâtiments trouvés dans un kāinga (village) dans la période après le 15ème siècle ont inclus le pātaka (entrepôt). Il pouvait être utilisé pour stocker des aliments, auquel cas il était protégé des prédateurs en étant élevé au-dessus du niveau du sol, souvent sur un ou plusieurs piquets, et atteint par une échelle ou une rampe amovible. D’autres types de pātaka ont été utilisés pour entreposer du matériel tel que des filets de pêche, des armes ou des ornements et des vêtements précieux. Le pātaka représentait souvent la richesse et le prestige de la tribu et étaient richement sculptés, en particulier autour de l’entrée.

pataka maori pataka maori

Kāuta

La préparation et la cuisson des aliments se faisaient à l’extérieur de la maison traditionnelle Maori, soit à l’air libre, soit dans un bâtiment conçu à cet effet, appelé kāuta. C’était généralement un simple abri, parfois juste un toit de chaume supporté sur des poteaux, avec des murs fabriqués à partir du bois utilisé pour les feux de cuisson. Le manque de parure ou de construction sophistiquée du kāuta reflétait le statut particulier de la préparation des aliments dans la société traditionnelle maorie. La nourriture ne pouvait pas être combinée avec des activités tapu, et la cuisine était effectuée par des esclaves ou d’autres personnes de statut inférieur au sein de la tribu. La kāuta ci-dessous était utilisée à Parihaka vers 1900. La façade semble être fabriquée de courtes sections de bois qui pouvaient aussi servir de combustible pour les feux de cuisson. Les femmes portent des plumes blanches dans les cheveux, signe qu’elles sont des adeptes de Te Whiti-o-Rongomai, le fondateur et le chef spirituel de la communauté Parihaka.

kauta maori

Wharenui

La structure la plus connue construite conformément à la culture maori est le wharenui (littéralement « grande maison »). C’est une maison commune constituée généralement d’une seule grande pièce avec un toit incliné qui s’étend le long du mur avant pour former un porche ouvert. Plus important encore, le whare whakairo est généralement richement décoré, à l’intérieur comme à l’extérieur, avec des images d’ancêtres, de dieux et d’autres figures, et avec des motifs plus abstraits. Le whare whakairo est une version plus grande et plus élaborée des conceptions antérieures de maison telles que le wharepuni (maison de sommeil) et le pātaka (entrepôt). Ce n’est pas une forme ancienne de l’architecture, mais plutôt une structure qui semble être d’abord apparue après le contact avec les Européens, au milieu du 19ème siècle.

wharenui nouvelle zelande

Un wharenui est généralement appelé ‘meeting house’ (maison de réunion) en anglais de Nouvelle-Zélande, ou simplement appelé whare (un terme plus générique se référant simplement à une maison ou un bâtiment).

wharenui nouvelle zelande

Aussi appelé whare rūnanga (maison de réunion) ou whare whakairo (maison sculptée), le style actuel du wharenui date du début du 19ème siècle. Les maisons de réunion modernes sont construites selon les normes de construction habituelles. Des photographies d’ancêtres peuvent être utilisées ainsi que des sculptures. Les maisons ont toujours des noms, parfois le nom d’un ancêtre célèbre ou parfois une figure de la mythologie maori. Certaines maisons de réunion sont construites là où de nombreux Maoris sont présents, même si ce n’est pas l’emplacement d’une tribu; typiquement, une école ou une institution tertiaire avec de nombreux étudiants maoris. Bien qu’une maison de réunion soit considérée comme sacrée, ce n’est pas une église ou une maison de culte, mais des rituels religieux peuvent avoir lieu devant ou à l’intérieur de la maison.

wharenui nouvelle zelande

Sources : teara.govt, wikipedia D’autres photographies sur wikimedia

activités familiales

Laisser un commentaire