L’architecture de Dublin : un voyage dans le temps unique

Ville très populaire en Europe et dans le reste du monde, Dublin accueille chaque année plus de 5,6 millions de touristes venus en quête de culture… mais aussi d’architecture.

En effet, la capitale irlandaise a tout pour intéresser les amateurs de beaux édifices. Cathédrales romanes, immeubles géorgiens, Art nouveau, Art déco… On trouve à Dublin des bâtiments de plusieurs styles, même si le classicisme y tient une place prépondérante.  Tentons de retracer l’histoire de l’architecture dublinoise, en mettant en avant quelques bâtiments emblématiques.

Ci-dessous, découvrez les époques clés de l’architecture de Dublin :

Quatre pépites originelles

Pour commencer, il est extrêmement intéressant de noter que quatre des bâtiments les plus prisés des touristes, à savoir le Trinity Collège, le château de Dublin, la cathédrale de Christ Church, et la cathédrale Saint-Patrick, datent de périodes précédant les principales époques ayant marqué l’architecture dublinoise !

En effet, la cathédrale Christ Church a été construite au 11e siècle. Le château de Dublin a été bâti au 12e siècle sur les ruines d’un site viking. La cathédrale Saint-Patrick a quant à elle été construite à partir du 13e siècle. Enfin, le Trinity Collège a été fondé en 1592 par la reine Elisabeth 1.

Ces quatre bâtiments arborent des styles gothiques et romans caractéristiques du Moyen Âge, que l’on pouvait retrouver un peu partout en Europe à cette période. 

Le style anglo-hollandais (1660-1720)

À la fin du 17e siècle et dans les premières décennies du 18e siècle, l’architecture irlandaise a été fortement influencée par un style très classique et sobre alors en vogue aux Pays-Bas, en France, et en Angleterre. 

À la même période, les maisons de campagne ont commencé à adopter des styles beaucoup plus travaillés. On parle de « style Queen Anne ». Malheureusement, peu de bâtiments de cette période sont encore visibles à Dublin.

Le style palladien (1720-1770)

Toujours extrêmement classique, le style dit palladien en vigueur en Irlande et en Angleterre au milieu du 18e siècle a été influencé par le travail d’architectes italiens du 16e siècle, lui-même inspiré des bâtiments de la période romaine. 

L’architecte Edward Lovett Pearce, à l’origine du Parlement sur College Green à Dublin, est un bon représentant de cette mode. Richard Castle, assistant de Edward Lovett Pearce, a pris sa suite et a créé plusieurs bâtiments aujourd’hui encore magnifique, notamment Leinster House (en photographie ci-dessous), le siège moderne du parlement irlandais.

Leinster House

Le style Adam (1770-1800)

Au milieu du 18e siècle, les goûts en matière d’architecture ont commencé à changer, souvent en réaction face à la rigidité du classicisme ambiant. Les architectes les plus influents de cette période étaient Robert Adam et William Chambers. Tout en acceptant les traditions classiques de symétrie et de proportion, Adam et Chambers ont contourné plusieurs règles, notamment en ayant recours à divers ornements. Adam est à l’origine des encadrements de portes emblématiques et des larges fenêtres des maisons de Dublin. C’est à cette période qu’ont été construits le Casino Marino et Custom House

Le style régence (1800-1840)

Après la Révolution française, les changements sociaux, industriels et esthétiques sont importants en Irlande comme un peu partout en Europe. En architecture, une bataille de styles fait rage. On perçoit un regain d’intérêt pour l’architecture gothique, même si l’architecture classique reste une référence en Irlande. 

Lire aussi :
Les maisons à l'envers à travers le monde

La majorité des bâtiments de style Régence affichent une élégance assez informelle très particulière. Les fenêtres continuent de s’agrandir, et le jardin commence à tenir une place centrale. Malheureusement, il reste peu de bâtiments emblématiques de cette période, à l’exception notable de Harcourt Terrace et du General Post Office.

General Post Office
Le General Post Office

Le style victorien (1830-1901)

L’accession au trône de la reine Victoria en Angleterre en 1837 a coïncidé avec la révolution industrielle. La production industrialisée de pierres, de briques, de ciment, de verre et d’ardoise a offert un choix de plus en plus varié de matériaux aux architectes et aux constructeurs.

Les ornements et les références gothiques se sont faits de plus en plus nombreux, même si le style régence restait d’actualité. 

C’est surtout durant cette période que les logements de masse pour les ouvriers en banlieue sont apparus. Ces rangées de maisons mitoyennes et jumelées créées par des promoteurs ressemblaient fortement aux corons du nord de la France. 

Le style édouardien (1890-1918)

Il est intéressant de noter que ce que l’on appelle « style édouardien » est apparu vers 1890, soit plusieurs années avant que le roi Édouard VII n’accède au trône. Son influence majeure a été le mouvement Arts and Crafts qui s’est développé contre la « vulgarité » des maisons victoriennes, remplies de meubles et d’accessoires bon marché produits en série.

Le mouvement prônait un retour à l’artisanat et aux matériaux locaux, tout en évitant les ornements inutiles du style victorien. À cette période, on a aussi assisté à un regain d’intérêt pour les styles Queen Anne et Adam. Des bâtiments tels que la bibliothèque Rathmines Carnegie ou le Royal College of Science de Merrion Street sont de bons exemples de ce renouveau classique.

L’entre-deux-guerres

Entre les deux guerres mondiales, de nombreux bâtiments ont été construits dans un style édouardien épuré. Mais on remarque surtout l’apparition des styles Art déco et modernes, même si ces mouvements étaient beaucoup plus populaires en Angleterre et sur le continent. 

Vous remarquerez immédiatement les bâtiments datant de cette période par leurs murs blancs et lisses, leurs toits plats, leurs balcons, et leurs fenêtres d’angle. À la fin des années 1930, le béton armé a été de plus en plus utilisé. Le Kodak Building est emblématique de cette période à Dublin.

Kodak building à Dublin

Modernité de la fin du XXe siècle

Le modernisme a fait son apparition à Dublin dans les années 1940 avec la construction de la gare routière de Busáras et de l’aéroport. Ce style s’est véritablement épanoui à partir des années 60 à travers les immeubles de bureaux. De nombreux bâtiments iconiques érigés à cette époque étaient des sièges sociaux d’entreprise, comme les anciens bureaux de la Bank of Ireland (aujourd’hui Miesian Plaza).