Mar 14, 2017
656 Vues

Le village bleu et blanc de Sidi Bou Saïd

Écrit par

Le village bleu et blanc de Sidi Bou Saïd est depuis longtemps un sanctuaire de bohème. Et sa beauté attire aujourd’hui aussi bien les riches tunisiens que les touristes curieux.

À l’origine un lieu de pèlerinage pour les visiteurs de la tombe du saint homme Sufi du 13ème siècle, le célèbre village bleu et blanc de Tunisie est si joliment enchanteur qu’il peut parfois sembler plus peint que réel. Vu de loin, il brille sous le féroce soleil méditerranéen comme une mosaïque géante. Vu de l’intérieur, c’est un labyrinthe de rues tortueuses et de lieux secrets, où des escaliers déformés conduisent à des jardins cachés et des portails en bois s’ouvrant sur des cours fleuries.

maisons de sidi bou said

Partout où vous regardez dans le village, vous verrez ses couleurs spécifiques : les murs et les escaliers blancs éblouissants, avec tout le reste dans une nuance uniforme de bleu vif. Les portes, les cadres de fenêtres, les volets, les grilles de fer décoratives et les écrans de fenêtre en treillis élaborés (appelés moucharabiehs) sont tous peints du bleu impérial d’une queue de paon. Seules les grandes portes montrent une certaine variation, avec des variantes de jaune ou de rouge.

sidi bou said

Les portes sont une particularité du village; Anciennes, énormes et lourdes, elles sont cloutées avec des motifs traditionnels de croissants, de minarets et d’étoiles. Certains mènent dans des magasins simples ou des mini-garages, d’autres s’ouvrent dans des complexes plus élaborés, tels que le Café Sidi Chabaane, qui s’étend en cascade sur le côté de la falaise en terrasses. D’autres marquent l’entrée des grandes demeures avec des fresques, des terrasses en mosaïque, des fontaines et des orangers, un peu comme les riads marocains.

portes sidi bou said

Un certain nombre de portes mènent à des forges, des ateliers ou des studios d’artistes. L’artiste italien Soro Lo Turco a un studio et une galerie ici, par exemple. Sans surprise, Sidi Bou Saïd a toujours été attirante pour les peintres. Elle est devenue un refuge pour les écrivains et les artistes venus d’Europe à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Colette, Simone de Beauvoir et André Gide furent parmi les écrivains qui tombèrent sous son charme.

porte sidi bou said

A la fin du 19ème siècle, la Tunisie cosmopolite était devenue une sorte de Paris de substitution pour les Européens en vacances. Plus petite, plus jolie, plus subtile, et située à 18 km de la capitale, Sidi Bou Saïd est devenue l’équivalent de Montmartre à Tunis : l’endroit « alternatif » pour les vacances, ou même pour s’installer, pour les connaisseurs les plus bohémiens.

maisons sidi bou said

De nos jours, comme Montmartre, le village n’est plus une sorte de secret. Sa population a été gonflée par un afflux de riches tunisiens qui ont souhaité acquérir une des maisons de Sidi Bou Saïd. Un certain nombre de politiciens et de personnalités des médias font des voyages quotidiens entre leurs maisons de luxe et la capitale dans ce qui peut ressembler à une cavalcade de voitures avec chauffeur aux vitres teintées. De même, le village a été découvert par le tourisme de masse. Et pourtant, Sidi Bou Saïd reste enchanteur. À la nuit tombée, le village est rendu à ses habitants, la rue polie par les pieds scintille encore plus brillamment sous le clair de lune. Les chats gris hantent les bords de la route. Les oiseaux dans les orangers restent silencieux. Et l’air du soir inonde les bars et les cafés encore animés par les vapeurs de jasmin, la fleur sacrée du village. Dans ces moments, le village semble perdu dans le temps.

village bleu et blanc sidi bou said

Sources et crédits photos : independent, wikipedia, Therese Beck, Michael Foley, cimpa.

Mots clefs de l'article :
·
Catégories de l'article :
Tunisie

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *