Les maisons traditionnelles en Zambie

Les villes de la Zambie sont des centres animés avec une foule de problèmes qui sont communs aux villes en général. La plupart des habitants des villes de Zambie vivent dans la pauvreté et dans des logements surpeuplés. Ils vivent hors de la vue de la petite classe supérieure qui vit dans des zones préservées. Dans la décennie qui a suivi l’indépendance, la population des villes de la Zambie a doublé de taille. Dans ces années (le milieu des années 1960 jusqu’au milieu des années 1970), la ville représentait l’occasion et le privilège. Il y avait de la nourriture sur la table, le transport dans les rues, et des biens dans les magasins. Le déclin économique a commencé en Zambie au milieu des années 1970. En conséquence, de nombreux Zambiens se déplacent vers les zones rurales et essayent de vivre en faisant pousser leur nourriture.

Différentes tribus ont différents styles de village et de maisons traditionnelles en Zambie, certains construisent des maisons de boue ou de poteaux de bois et de chaume, d’autres créent des briques et construisent des maisons carrés qu’ils peignent avec des motifs individuels. Habituellement de longues distances doivent être parcourues pour aller chercher de l’eau et du bois de chauffage.

hutte zambie 2

Mais bien que la vie soit difficile dans ces villages reculés, ils ne sont nullement malheureux. Le plaisir est pris dans les choses simples et les problèmes sont partagés. Les tâches quotidiennes sont effectuées en groupe et deviennent souvent des occasions sociales. Tout le monde contribue aux mariages et aux funérailles sinon ce serait trop cher. Il n’y a pas d’invitations et tout le monde dans le village est invité à participer.

hutte zambie 7

hutte zambie 1

intérieur hutte zambie

Intérieur d’une hutte

hutte zambie 10

hutte zambie 9

hutte zambie 8

hutte zambie 6

hutte zambie 5

hutte zambie 4

hutte zambie 3

Sources : everyculture.com, travelblog.org, martinsylvester.com, liveagainsttheflow, thebutterflytree, jancoraggio, traverseearth.

Laisser un commentaire