Jan 16, 2017
1115 Vues

Les maisons en bois de Madagascar

Écrit par

On croit que la construction en bois était jadis commune dans de nombreuses régions de Madagascar mais elle a presque disparu en raison de la déforestation. Cela est particulièrement vrai dans les Hautes Terres où, jusqu’à récemment, le bois avait été un matériau de construction réservé à la classe aristocratique en raison de sa rareté croissante, laissant les classes inférieures construire dans d’autres matériaux localement disponibles tels que les roseaux et les graminées. Des bâtons et des branches sont parfois utilisés là où ils sont disponibles, créant des villages sporadiques de bois typiquement à proximité des réserves forestières. Alors que la tradition architecturale en bois parmi l’aristocratie du peuple Merina s’est éteinte, on peut dire qu’au moins deux groupes ethniques conservent une tradition d’architecture en planche de bois : les maisons en bois des Zafimaniry dans les Hautes Terres et les maisons en bois des Antandroy dans l’extrême sud.

maison en bois madagascar

Les maisons en bois de la tradition aristocratique Merina

Parmi les Merina des Hautes Terres, les Temanambondro (Antaisaka) de la région de Manambondro au sud-est et plusieurs autres groupes ethniques, la déforestation a fait du bois un matériau de construction précieux étant seulement utilisé par les aristocrates. En effet, son association traditionnelle avec la classe royale andriana a conduit le roi Andrianampoinimerina (1787-1810) à émettre un édit royal interdisant la construction en pierre, en brique ou en terre dans les limites d’Antananarivo et en codifiant une tradition dans laquelle seules les maisons des nobles pouvaient être construites en bois, alors que celles des paysans étaient fabriquées à partir de matières végétales locales comme ces maisons en matériel végétal de Madagascar. Cette tradition existe historiquement parmi un certain nombre d’ethnies à Madagascar, en particulier le long de la côte orientale où la préservation des forêts tropicales continue de faciliter l’accès au bois.

Les maisons traditionnelles des paysans d’Imerina (pays merina occupant la partie nord du centre de Madagascar) présentaient un gros pilier central (andry) qui soutenait la poutre du toit et une poutre verticale plus petite à chaque coin s’étendant au sol pour stabiliser la structure. Contrairement à la plupart des maisons côtières, les maisons des Hautes Terres n’ont jamais été élevées sur pilotis, mais ont toujours été au ras du sol. Au sud du pilier central, dans la zone destinée à dormir et à cuisiner, des planches de bois ou de bambou étaient parfois installées pour le revêtement de sol, ou des nattes tissées étaient posées sur le sol de terre battue qui s’étendait au nord après le pilier. Traditionnellement, le lit du chef de famille était dans le coin sud-est de la maison. La région du nord se distingue par le foyer, délimité par trois pierres oblongues posées verticalement dans le sol. La partie nord de la maison était réservée aux hommes et aux invités, tandis que le sud était réservé aux femmes, aux enfants et aux personnes de rang inférieur. Le coin nord-est était sacré, réservé à la prière et aux offrandes d’hommage aux ancêtres.

Les maisons des nobles étaient construites selon ces mêmes normes culturelles, avec plusieurs ajouts. Elles se distinguaient de l’extérieur par des murs faits de planches de bois verticales et des longues cornes en bois (tandrotrano) formées par le croisement des poutres de toit à chaque extrémité du pic du toit. La longueur du tandrotrano était indicative du rang : plus il était long, plus le statut de la famille noble qui vivait à l’intérieur était élevé. L’intérieur du bâtiment était également quelque peu modifié, comportant souvent trois piliers centraux plutôt qu’un seul.

maison merina madagascar

Le Besakana, une structure dans le complexe de Rova d’Antananarivo, est représentatif des habitations aristocratiques traditionnelles en bois des Hautes Terres de Madagascar. Notez le long tandrotrano s’étendant au-delà de la ligne de toit.

Après que les édits du roi concernant les matériaux de construction dans la capitale aient été révoqués à la fin des années 1860, la construction en bois a été abandonnée à Imerina et les maisons en bois plus anciennes ont été rapidement remplacées par de nouvelles maisons en briques inspirées par les logements britanniques des missionnaires. Les cornes tandrotrano ont été progressivement remplacées par un simple décor installé aux deux extrémités du pic du toit. D’autres normes architecturales telles que l’orientation nord-sud, le pilier central et l’agencement intérieur des maisons ont été abandonnées. Des exemples classiques de l’architecture en bois des Hautes Terres de la classe aristocratique ont été conservés dans les bâtiments du complexe Rova (détruit dans un incendie en 1995 mais en reconstruction) à Ambohimanga.

Besakana reconstruit dans le complexe de Rova

Les maisons traditionnelles Zafimaniry

Les Zafimaniry habitent la région fortement boisée, pluvieuse et tempérée des Hautes Terres à l’est d’Ambositra. Leurs maisons en bois sont rectangulaires et grandes avec un toit en pente, des corniches en surplomb, et des fenêtres et des portes en bois. Beaucoup des mêmes normes trouvées dans les traditions architecturales aristocratiques d’Imerina sont présents dans les structures Zafimaniry, y compris le pilier central en bois soutenant la poutre de toit, l’utilisation exclusive d’une technique de jointure et l’orientation des dispositifs du bâtiment tels que les fenêtres, les portes et la disposition intérieure. Les maisons des Zafimaniry sont souvent soigneusement décorées de motifs sculptés, symétriques et abstraits, riches en symbolisme spirituel et en mythologique complexe. L’architecture des maisons que l’on trouve dans cette région est considérée comme représentative du style architectural qui prévalait dans les Hautes Terres avant le déboisement et qui, à ce titre, représente les derniers vestiges d’une tradition historique et d’un élément important du patrimoine culturel malgache. Pour cette raison, la connaissance des maisons en bois Zafimaniry a été ajoutée en 2003 à la liste de l’UNESCO du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Retrouvez mon article sur les maisons en bois des Zafimaniry  ICI.

maison des zafimaniry

Les maisons en bois du peuple Antandroy

En revanche, les Antandroy habitent les fourrés épineux de Madagascar, une région extrêmement sèche et chaude au sud de Madagascar, où des formes uniques de plantes résistantes à la sécheresse ont évolué et prospéré. Leurs maisons sont traditionnellement carrées (et non rectangulaires), élevées sur des petits pilotis, surmontées d’un toit en pente et construites de planches verticales apposées sur un cadre en bois. Ces maisons n’ont traditionnellement pas de fenêtres et comportent trois portes en bois : la porte d’entrée (l’entrée pour les femmes), la porte arrière (l’entrée pour les enfants) et la troisième porte pour les hommes. Les clôtures sont souvent construites autour des maisons Antandroy à l’aide de cactus (raketa) ou de longueurs de plantes grasses indigènes des forêts épineuses environnantes.

maisons Antandroy

Sources et crédits photos : wikiwand.com, Franck Zecchin, pbase.com, madagscar.blogspot.fr.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mots clefs de l'article :
· ·
Catégories de l'article :
Madagascar

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *