Le peuple Bamiléké est le groupe indigène qui domine aujourd’hui dans les régions ouest et nord-ouest du Cameroun. Les Bamiléké sont regroupés sous plusieurs groupes, chacun sous la direction d’un chef ou d’un « fon ». L’architecture Bamiléké (une des plus belles d’Afrique noire) matérialise d’une certaine façon leur organisation sociale. Les cases Bamiléké ont une base carrée avec un toit circulaire : cela donne un cube surmonté d’un cône à l’épaisse couverture de chaume. Les cases du peuple Bamiléké sont groupées en hameaux dispersés ou en villages de plan traditionnel : c’est une chefferie. Les murs sont adaptés en fonction de l’utilisation de la case : ceux des femmes et des lieux de réunion sont en terre sèche armée de bambou, sans doute pour préserver l’intimité et le secret; la case réservée aux hôtes du village a des murs faits de bambous apparents, de même que la façade de la case du chef; celle des tambours est entièrement en bois. Une seule ouverture rectangulaire, qui fait office de porte et de fenêtre, est créée à environ 50 cm de hauteur afin d’en interdire l’accès aux chèvres et aux chiens, elle a un encadrement de bois et est sculptée s’il s’agit de la case d’un personnage important. Un décor semblable anime les piliers de bois qui soutiennent l’avancée du toit de ces cases.

architecture bamikélé

Sources et crédits photos : Universalis, Wikipedia, skyscrapercity.com, marcusconnect.